Travail en ligne et nomadisme numérique : les similitudes et les différences

La catégorisation de tous les télétravailleurs en travailleurs intelligents et nomades numériques nous a toujours fait penser à des groupes de personnes ayant des modes de travail et de vie très différents. La naissance de ces catégories s’est faite sur la base du moment historique où elles sont nées et se sont ensuite différenciées de plus en plus, créant une division. Est-il correct de les classer dans ces catégories ?

Les préalables : Les objectifs du travail à distance   

Depuis que les métiers à distance sont devenus courants dans de nombreuses entreprises, l’objectif commun entre les travailleurs intelligents, des travailleurs à distance et des nomades numériques a progressivement émergé. En fait, toutes les personnes qui adoptent de nouvelles méthodes de travail, flexibles et en mode digital, ont un seul objectif. Elles recherchent un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée. En un mot, une vie plus heureuse.

Avoir un mode de travail mobile vous permet de gérer votre vie de la meilleure façon possible. Vous pouvez en même temps poursuivre les objectifs professionnels que vous vous êtes fixés ou que votre employeur vous a assignés. Il suffit d’utiliser les produits technologiques et les nouveaux outils d’information et de communication moderne.  

En outre, le changement d’orientation du métier classique vers le normadisme digital a permis une forte hausse du taux de changement, passant du statut de salarié à indépendant. Il n’est plus impératif de rester des heures assises au bureau, puisque les objectifs peuvent être poursuivis de n’importe où, de n’importe quel pays ou depuis un espace coworking. D’un côté, la recherche croissante d’optimisation a favorisé le développement de méthodes de travail intelligentes. Ce qui suppose une série de changements dans la société. Cela favorise également le développement des processus d’évolution et des outils utilisés. La communication peut se faire via un ordinateur portable et internet, sur les réseaux sociaux par exemple. D’un autre côté, l’employeur permet d’augmenter la productivité et d’améliorer les processus de travail. De plus, les nomades digitaux peuvent gagner du temps en optimisant le travail tout en s’occupant d’un projet ou de plusieurs projets personnels.

Définition du travail en ligne et du nomadisme numérique

Par définition, le travail intelligent n’est pas seulement du travail à distance. Il comprend toutes les dynamiques intelligentes qui favorisent l’exercice d’une activité professionnelle agile dans une société. Le nomadisme numérique, en revanche, se présente comme une approche individuelle du travail à distance, c’est-à-dire un mode de vie « indépendant d’un lieu géographique spécifique ».

Au fil du temps, la perception du nomade numérique a radicalement changé : pendant un certain temps, les nomades numériques étaient liés à une idée de blogueurs sur les sites de voyage et aux personnes qui voyagent souvent. Mais cette définition n’est pas complète.

Le panorama mondial nous montre également une tendance en pleine croissance : celle des entreprises totalement éloignées du lieu d’exercice réel du travail ou « indépendantes du lieu ». Le nomadisme numérique n’est donc pas un style individuel comme il l’a été jusqu’à présent. Il a évolué au fil du temps pour inclure toutes les personnes qui se déplacent d’un endroit à un autre ou qui restent plus longtemps dans un même endroit.

Plus généralement, de nombreux nomades numériques se déplacent lorsqu’ils estiment que la vie exige une nouvelle organisation comme un déplacement. Et il existe de nombreux endroits dans le monde où il est possible de vivre et de travailler en même temps. Ce pourrait être un pays en particulier, en France par exemple, ou la destination de vos rêves comme la plage des Caraïbes. Des familles entières ont d’ailleurs adopté un style de vie numérique type nomade privilégiant la mobilité à la vie en entreprise. Et de nombreux employés ont choisi cette voie pour passer plus de temps avec leur famille.

En même temps, la découverte d’une activité professionnelle pouvant se faire ailleurs qu’à domicile ou au bureau est toute récente. Il s’agit des professions sur le web. Mais dans un monde où la main-d’œuvre devient indépendante, est-il vraiment judicieux de parler à nouveau d’une activité subalterne et de travail indépendant ?

Les estimations et les évolutions possibles du nomadisme numérique

Selon les estimations des Freelance Unions, d’ici 2027, au moins 50 % de la main-d’œuvre américaine sera indépendante. Cela élargit les perspectives de la relation employeur-employé, tout autant que la collaboration entre les free-lances et l’employeur. En pensant à l’avenir, les entreprises collaboreront de plus en plus avec les free-lances travaillant à distance et une bonne partie d’entre eux seront très probablement des nomades du numérique. Des estimations publiées dans un article de ilsole24ore indiquent également qu’en 2035, leur nombre atteindra les un milliard.

Le point commun entre le travail intelligent et le nomadisme numérique est ainsi l’existence et la recrudescence des travailleurs intelligents. Plus de personnes à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise travailleront à distance et/ou en mode intelligent. Les entreprises utiliseront davantage ce nouveau mode de vie pour ne pas être impartiales. Les employés qui travaillent à distance auront le statut de professionnels indépendants, y compris les nomades du numérique. Les free-lances pourront collaborer avec de plus en plus d’entreprises de manière conviviale sur le web, c’est-à-dire en ligne via internet.

De plus, de nombreux professionnels intelligents pourraient prolonger le nombre de jours où ils travaillent depuis leur domicile, au-delà de la journée classique et des heures réglementaires par semaine. Beaucoup demanderont un mode de travail flexible travailleront ailleurs qu’à leur domicile. Toutefois, une grande partie des employés intelligents ne savent pas qu’il est possible de travailler en dehors des deux lieux classiques : soit au bureau, soit à domicile. C’est ainsi que la diffusion de ce nouveau type de travail pourrait être à l’origine d’une nouvelle classe mixte de professionnels. Le but étant de trouver le bonheur dans la vie et le travail.

D’autres études sont en cours. Elle vise à rassembler ces catégories en une seule, compte tenu de leur base. En effet, elles utilisent les outils numériques, fixent un but commun (dans le cadre du travail), se basent sur la même passion du voyage ou du choix de travailler de n’importe où. Une enquête de Flexjobs montre que le 85 % des travailleurs intelligents veulent travailler 100 % à distance. Le changement est en cours et il ne sera même pas trop long.

Erasmus : un plus pour son avenir professionnel ou un simple voyage ?

Une fois à l’étranger et de retour ? Le programme d’aide publique Erasmus reste l’une des options les plus populaires pour un séjour à l’étranger pendant vos études. Dans certaines universités partenaires, les étudiants peuvent étudier à l’étranger pendant un ou deux semestres dans le cadre des programmes de licence et de master ou même effectuer un stage. Quelle est la beauté de tout cela ? Mais qu’est-ce qui se cache réellement derrière la tendance Erasmus ? Un vrai saut de carrière ou est-ce que tout cela n’est qu’une fête après tout ? Cet article vous aide à découvrir ce que le programme éducatif a à offrir et quelles sont les différentes voix qui entourent le spectacle Erasmus.

L’appel

Toute personne qui a été à l’étranger est considérée comme cosmopolite et polyvalente. C’est du moins ce que l’on dit des étudiants ayant une expérience à l’étranger. Le programme Erasmus de l’UE pour la promotion de l’éducation offre à tous les participants l’assurance de meilleures perspectives de carrière sur le marché du travail grâce à la possibilité d’un échange interculturel pendant un semestre à l’étranger. De temps en temps, cependant, Erasmus est parfois décrié comme une simple partie ou même un échange de partenaires. Il s’agit avant tout d’un programme d’échange d’étudiants comme les autres. Il offre la possibilité d’une expérience enrichissante à l’étranger. Les étudiants qui veulent connaître le pays, ses habitants et sa culture sont au bon endroit. Une telle expérience doit toujours être considérée en relation avec ses propres intérêts et objectifs. Une chose est sûre, quiconque écrit ses motivations pour être admis à Erasmus ne mentionnera guère “juste une fête”. La bourse Erasmus semble souvent un cliché, mais elle est toujours décrite comme une expérience unique et spéciale, dans laquelle, rétrospectivement, la compétence internationale et les contacts internationaux jouent un rôle tout aussi important. Les étudiants Erasmus ont le choix relativement libre de poser leur candidature pour leur futur lieu d’études. Quelqu’un qui se concentre sur ce dernier peut déjà savoir exactement où il se dirige.

Un parti en fonction du lieu

Lors du choix d’un lieu pour un semestre à l’étranger, plusieurs facteurs jouent un rôle, tels que l’université partenaire, des cours crédités et un coût de la vie faible avec un niveau de vie élevé. Qu’il s’agisse d’une métropole festive ou d’une petite ville tranquille, le choix de votre future université partenaire à l’étranger est la première étape pour décider à quoi doit ressembler votre semestre Erasmus. Demandez comment : Si l’université partenaire est de grande qualité, ou si ma destination est appropriée ou représentative pour une carrière internationale ultérieure, cela peut vous aider à préciser votre choix de lieu. Outre les villes d’Europe du Sud comme Madrid, Barcelone, Séville, Lisbonne et Rome, des villes d’Europe centrale comme Budapest, Cracovie, Prague et Varsovie sont également très prisées pour les études Erasmus, notamment en raison de leur faible coût de la vie.

Votre intention est la base

En choisissant votre lieu d’implantation, vous décidez d’une orientation de base dans le cadre de votre expérience internationale, mais vous ne mettez en place que des points marquants dans votre intention de partir à l’étranger. Selon la manière dont vous souhaitez organiser votre année à l’étranger, certains objectifs de carrière peuvent être développés ou des fêtes peuvent être organisées. Bien entendu, le facteur plaisir ne doit pas manquer pendant le semestre à l’étranger, mais soyez conscient à l’avance de l’objectif que vous poursuivez avec votre séjour à l’étranger et organisez votre séjour en conséquence. Apprenez à cuisiner comme un Espagnol ou à faire le meilleur café. Dans un échange interculturel, vous apprenez des choses que vous ne vivrez pas chez vous, vous établissez des contacts précieux et vous vous faites des amis dans le monde entier. Que ce soit à l’université, avec vos colocataires ou dans la rue, une expérience à l’étranger vous aidera également à améliorer vos compétences linguistiques. Voyez votre chance d’apprendre quelque chose et de vous qualifier davantage. Dans un programme Erasmus, vous apprenez la langue presque par vous-même, tandis que d’autres (non étudiants) paient parfois des cours de langue coûteux pour poursuivre leurs études. Vous envisagez d’aller étudier à l’étranger pour fêter un événement ou pour y faire carrière ? Le programme Erasmus vous offre une occasion particulière de vous développer dans toutes les directions, c’est à vous de décider ce que vous en faites et comment vous vous représentez en fin de compte. Il convient également de mentionner qu’un semestre à l’étranger peut vous aider à décider plus tard si vous voulez faire un master, car certaines universités offrent des crédits supplémentaires pour l’expérience acquise à l’étranger pendant vos études. Il est clair qu’une expérience à l’étranger est positive à bien des égards. Sur le marché du travail, elle semble toujours être une caractéristique indispensable et représentative si vous envisagez de travailler plus tard dans de grandes entreprises internationales. Néanmoins, il semble y avoir une sorte de voile sur le programme Erasmus que vous seul pouvez révéler. Soyez donc courageux et rédigez votre propre rapport d’expérience Erasmus.

informatique

Suivre une formation sur mesure pour acquérir des compétences nécessaires pour intégrer un emploi informatique

Présente dans tous les domaines, l’informatique génère aujourd’hui plusieurs professions, allant du technicien à l’ingénieur, qu’il est question de développer des programmes, de créer des applications, de commercialiser des produits informatiques ou encore de garantir la maintenance d’un parc informatique d’une entreprise.

Quelle solution face à une pénurie informatique ?

On constate annuellement jusqu’à 80 000 postes à pourvoir dans le numérique, tandis que le chômage demeure à 9 % en France. De nos jours, il est connu que les filières traditionnelles ne sont pas à même de former autant d’individus qu’il est indispensable dans le secteur de l’informatique. Afin de faire face à une telle pénurie, plusieurs centres de formation, comme village de l’emploi, proposent des dispositifs permettant d’élargir les horizons et de s’orienter vers des alternatives à la voie classique. Bon nombre de ces formations dévoilent un taux d’insertion allant jusqu’à 58 % dans seulement les 3 mois suivant le programme.

Suivre une formation sur-mesure : un accélérateur de carrière professionnelle unique

L’emploi informatique est l’un des métiers les plus prisés par les salariés en reconversion, mais aussi par les jeunes étudiants. Malheureusement, après le cursus scolaire, les jeunes lauréats se rendent compte qu’ils ne disposent pas de compétences opérationnelles et qu’ils resteront comme des débutants au cours de plusieurs années. Il est donc indispensable de suivre une formation sur-mesure afin d’intégrer plus facilement un emploi informatique et d’acquérir les compétences nécessaires.

Née aux États-Unis et créée par Xavier Niel, la formation sur-mesure connait un véritable coup médiatique. Son objectif est d’immerger les jeunes étudiants dans un projet et de focaliser le programme exclusivement sur un plan pratique. De cette manière, et grâce à un cursus de seulement quelques mois (généralement pas plus de 9 mois), ils pourront avoir accès au Graal et ainsi prétendre le titre de confirmé.

Qu’attendre d’un étudiant issu d’une telle formation ?

Pour un jeune étudiant diplômé, suivre une formation sur-mesure représente une véritable opportunité afin d’optimiser sa carrière professionnelle. Avec un programme spécifique, la progression est de ce fait plus rapide qu’avec un cursus normal. Aussi appelées bootcamps, les sessions intenses et accélérées offrent l’avantage d’un parcours court, ainsi que d’une acquisition rapide de connaissances.

L’idée n’est pas de considérer un candidat sortant d’une formation sur-mesure de la même façon qu’un étudiant, ayant passé 5 années à l’école, qui entrera sur le marché du travail. Cependant, sachons reconnaître à chacun sa vraie valeur. Effectivement, les étudiants issus de programme spécifique se sont particulièrement concentrés dans l’apprentissage d’une « stack » technique définie et connaissent bien les différents rouages informatiques. Alors, si la plupart des profils, par exemple, de développeurs logiciels demandés par les recruteurs misent sur les compétences techniques, il est parfaitement adapté de se poser la question d’intégrer un candidat ayant suivi un programme accéléré. Il dispose de vastes connaissances et sera rapidement opérationnel.

Ce profil a également beaucoup à donner aux entreprises et répond aux exigences et besoins de celles-ci. Généralement, il dispose déjà d’une première vie professionnelle, les individus en reconversion étant majoritairement présents dans ce genre de formation. Ainsi donc, il est capital de considérer que ces candidats sont peut-être des débutants dans la technique, toutefois, ils sont acquis de grandes compétences personnelles nécessaires. L’individu issu d’une formation sur-mesure peut aussi montrer un niveau de maturité professionnelle élevé, comparé à ce que la notion débutant sous-entend.

Parfois, on sait aussi reconnaître des candidats très motivés dans ce genre de cursus. Leurs expériences leur ont permis de mieux appréhender les lois du marché de l’emploi, ainsi que les difficultés qui y sont relatives.

Aux employeurs de savoir lire entre les lignes et d’aller au-delà du paragraphe Formation, puisque dans la plupart des cas, ce profil fait preuve d’un grand investissement dans la mise à jour de leur veille, leur connaissance et le suivi de formation en ligne.

Une formation ayant fait ses preuves aux États-Unis

Les programmes accélérés tiennent la seconde place après les formations classiques. Ce genre d’enseignement connait une véritable affluence depuis ces dernières années, ce qui permet un grand accroissement des formations accélérées qui éclipsent de plus en plus les cursus traditionnels.

La formation sur-mesure a même déjà fait ses preuves aux États-Unis. Elle a permis de créer un équilibre entre l’offre et la demande sur le marché de l’emploi pour les informaticiens. Représentant une alternative très prometteuse aux formations universitaires traditionnelles, on commence à les adopter afin de se substituer aux programmes classiques. Par ailleurs, les chiffres officiels américains affichent cette tendance avec le constat de la décroissance des nouveaux diplômés en informatique, tandis que l’on remarque une grande affluence d’apprenants pour les formations accélérées.

Avec un taux de croissance de 138 %, le nombre de diplômés des formations sur-mesure est passé de 6 740 en 2014 à plus de 16 000 en 2015. Il est important de constater que ces chiffres n’indiquent pas si cette tendance est causée par la décroissance du nombre de diplômés en informatique ou si elle est la source d’une telle régression. D’autant plus que cette baisse est constante depuis 2003 aux États-Unis.

Une formation de qualité pour booster sa carrière en informatique

Au cours des prochaines années, la croissance des formations intensives sur-mesure peut prendre une dimension exponentielle, et cela, grâce à la caducité des programmes d’études classiques dans le secteur de l’informatique, étant donné qu’ils ne sont plus d’actualités vis-à-vis de l’avancée technologique.

On se pose alors des questions : une formation sur-mesure de seulement quelques semaines ou mois peut-elle vraiment être suffisante et pertinente afin de se substituer à un programme éducatif de plusieurs années ? Est-ce que les informaticiens issus d’une telle formation disposent des aptitudes indispensables afin de s’adapter aux dernières avancées technologiques ?

Dans tous les cas, il est prouvé de manière scientifique que ce n’est pas toujours la concentration en temps qui représente un enjeu afin d’apprendre. En outre, l’efficacité du développement des enseignements varie selon les méthodes d’éducation utilisées, la discipline, les différentes techniques de mémorisation, ainsi que le degré de résistance des apprenants et de l’organisation des programmes par les formateurs :

  • Qualité d’accompagnement
  • Situations d’apprentissage
  • Choix et variation des activités
  • Groupe d’apprenant et cohésion (sélection des personnalités, motivation des candidats, entraide…)
  • Répartition des temps de pause et d’études
  • Utilisation des outils, à savoir les dernières technologies de l’enseignement avec un site pédagogique développé spécifiquement afin d’optimiser le développement des compétences informatiques
  • Moments plus propices afin d’apprendre pendant la journée…

Tous ces facteurs entrent en jeu pour faire d’une formation sur-mesure un succès ou pas dans sa mission de développement de compétences opérationnelles en un délai record.

À la fin du parcours, l’apprenant se voit proposer un travail par l’un des collaborateurs de l’école de formation, le plus souvent sous forme de CDI.


formation

Quelle formation suivre pour devenir logisticien ?

Les cadres de la logistique et du transport sont les personnes qui veillent à la gestion des flux physiques, informationnels et financiers depuis les approvisionnements et le stockage jusqu’à la livraison chez le client, avec comme préoccupation la réduction des coûts, l’optimisation des délais, la sécurité des produits et marchandises. Avec autant de niveaux de responsabilités logistiques, il faut une certaine formation logistique transport spécialisée pour percer dans ce domaine. Actuellement, un étudiant peut s’inscrire à un programme de logistique aux niveaux associés, licence, maîtrise et doctorat.

Un diplôme de responsable logistique

La formation nécessaire pour devenir logisticien dans le secteur du transport prépare les diplômés à une carrière dans la gestion de l’approvisionnement, l’entreposage et du transport, qui sont les domaines clés impliqués dans la logistique. On retrouve dans ce programme des sujets tels que la stratégie logistique, le management des transports internationaux , les procédures douanières, les techniques du commerce international, les systèmes d’information et contrôle qualité.

La licence et la maîtrise

Un élève disposant d’un baccalauréat, d’une licence ou d’une maîtrise dans le domaine est qualifié pour occuper des postes administratifs dans la gestion de la chaîne d’approvisionnement. Un doctorat prépare principalement les diplômés à des carrières dans la recherche et l’enseignement en logistique. Certains programmes de licence permettent également aux étudiants de se spécialiser dans les ventes et les opérations ou la gestion et l’analyse des données. Cependant, avant qu’un étudiant puisse choisir une spécialité, il ou elle doit d’abord suivre des cours de logistique de base dans des domaines tels que les canaux de distribution, la technologie logistique, l’approvisionnement et la manutention des matériaux. Le programme de maîtrise en logistique peut inclure une option de thèse, qui est recommandée pour les étudiants qui envisagent de poursuivre leurs études au niveau du doctorat. Une alternance et apprentissage est également ouvert aux candidats qui souhaitent améliorer leurs connaissances.

Le diplôme de doctorat

Les étudiants inscrits à un programme de doctorat en logistique passent la majorité de leur temps à mener des recherches et à préparer leurs thèses. Les deux premières années d’inscription se concentrent sur les cours de logistique de base. Les sujets traités comprennent l’économétrie, la microéconomie, les statistiques, les méthodes de recherche et les principes d’optimisation. Les étudiants suivent également des cours au choix dans des domaines tels que l’éthique des affaires, l’exploration de données, la modélisation de la chaîne d’approvisionnement et le commerce électronique. De nombreux programmes de doctorat en logistique exigent également que les étudiants enseignent lorsqu’ils sont inscrits. Cependant, les exigences d’enseignement varient et sont secondaires à la recherche et à la rédaction d’un mémoire. Les diplômés titulaires d’un doctorat en logistique entrent parfois dans le secteur privé, mais mènent généralement des recherches et occupent des postes d’enseignants dans les universités.

Devenir conseiller de vente à domicile

Comment devenir conseiller de vente à domicile ?

Pour arrondir les fins de mois, et en même temps garder une grande autonomie, devenir vendeur à domicile est l’idéal. Il est également possible de travailler pour une grande marque contre une rémunération ou un pourcentage sur chaque vente effectuée. Mais quels sont les astuces pour devenir conseiller de vente à domicile ?

Comment fonctionne la vente à domicile ?

La vente à domicile a un fonctionnement simple. Il suffit de choisir n’importe quelle société pour laquelle vous allez vendre ou distribuer les produits à votre entourage, c’est-à-dire le voisinage ou la famille. Différents secteurs peuvent faire l’objet d’une vente directe à domicile. Parmi eux figurent le domaine de la mode, l’électroménager, la mode et beauté ou la cuisine. La mission du vendeur à domicile est de promouvoir, présenter et faire une démonstration du produit, pur le cas d’un robot électroménager par exemple. La réussite d’une vente dépend de la qualité de la présentation et des arguments du vendeur. Dans d’autres domaines comme l’alimentaire, des formations spécifiques sont données aux futurs vendeurs à domicile, mais comment devenir conseillère culinaire ?

Conseils pratiques à suivre 

Avant de devenir vendeur à domicile, il est important de suivre certaines étapes. En premier lieu, il faut trouver des produits dans lesquels vous disposez d’un minimum de connaissances. Ensuite, le choix de la thématique est aussi important que celui du produit, par exemple si vous n’avez aucune connaissance en cuisine, vous ne serez pas capable de vendre des produits alimentaires ou des livres de recettes de cuisine. Pour finir, et avant de réellement de rester sur la vente d’un produit, il faut le tester auprès de plusieurs personnes. Ce test peut être organisé chez vous pour vous permettre d’avoir un peu d’expérience dans l’organisation d’une vente à domicile. Vous pouvez demander à vos amis ou membre de la famille de tester les produits et donner leurs avis sans détour.

Quels statuts choisir pour être vendeur à domicile ?

Il existe deux statuts pour un vendeur à domicile. Tout d’abord, il peut un vendeur, représentant et placier ou VRP qui est un statut spécial de salarié, c’est-à-dire de représentant commercial de la société. À ce titre, il touche un salaire fixe, des avantages et des primes sur ventes. Quant au statut de vendeur à domicile indépendant où VDI, l’entreprise n’octroie pas le statut de salarié, mais mandataire de la société pour laquelle il offre ses services. Pour une personne qui a un autre emploi, être un VDI lui permet de s’organiser selon son emploi du temps, contrairement à un salarié. Enfin, pour devenir une conseillère culinaire, ou le cas échéant une conseillère thermomix efficace, les entreprises doivent offrir une formation de plusieurs jours avec suivi, pour permettre d’être opérationnel rapidement.

picture-preparer-distance

Comment préparer le CAP Petite Enfance à distance

En juin 2019, le CAP Accompagnant Éducatif Petite Enfance (appelé aussi CAP AEPE) se substitue à l’historique CAP Petite Enfance. Ce diplôme est requis pour devenir ATSEM, assistante maternelle, auxiliaire de puéricultrice, etc. L’épreuve finale comporte des examens théoriques qui testeront vos connaissances ainsi qu’une épreuve pratique pour les mettre en valeur. Pour vous reconvertir professionnellement ou obtenir une qualification, vous pouvez vous préparer à distance à ce CAP grâce aux écoles numériques.

Les moyens pédagogiques et le programme du CAP Petite Enfance

Des cours à distance sous des formes variées

Dématérialisation oblige, ils ont la possibilité de suivre des enseignements sur ordinateur ou un autre appareil connecté. Ils ont l’occasion d’interagir avec leurs professeurs dans le cadre de leçons en direct et peuvent approfondir différentes notions en visionnant des vidéos pédagogiques. C’est le cas de Campus des Écoles qui est un organisme de formation en téléprésentiel, qui se différencie clairement du traditionnel CNED.

preparer-distance-enfance

Ceux qui le souhaitent ont la possibilité de consulter les cours papier et de bénéficier d’un coaching personnalisé avec de vrais professionnels. Qui dit nouvelles technologies dit également réseaux sociaux, et entraide entre les apprentis. Ils préparent leur diplôme à des centaines de kilomètres les uns des autres, mais n’hésitent pas à se questionner et se conseiller sur un forum dédié à cet effet. Quant aux devoirs, ils sont corrigés et notés comme le sont ceux des apprentis qui suivent une formation plus conventionnelle au sein d’un établissement.

Les cours donnés à distance s’inscrivent pleinement dans le référentiel de l’Éducation Nationale pour le cursus et les outils pédagogiques correspondent aux besoins des apprentis durant leur formation petite enfance.

Au programme du CAP Petite Enfance

La Responsabilité Civile et Pénale, les produits de soin adaptés ou encore le portage de l’enfant figurent au programme de la formation. Une multitude d’autres problématiques est soumise aux apprentis, dans le cadre de la spécificité de l’accueil individuel ou encore de leçons dédiées à l’équilibre alimentaire.

Les modalités d’évaluation du CAP

Deux épreuves orales ainsi qu’une épreuve écrite permettent d’évaluer chaque candidat. En premier lieu, le jury leur fait passer un entretien portant sur l’accompagnement du développement du jeune enfant. Chaque candidat est ensuite évalué à l’aide de questions consacrées à l’exercice de l’activité en milieu collectif. La seconde épreuve orale permet d’apprécier leurs compétences relatives à l’exercice de l’activité, cette fois-ci en accueil individuel.

Auparavant, 12 semaines de stage étaient nécessaires pour valider le CAP Petite enfance. Désormais, ce sont pas moins de 560 heures de stage à réaliser dans le cadre du nouveau diplôme, ce qui représente 16 semaines de stage, obligatoirement réparties en au moins 3 périodes distinctes. Parmi ces 16 semaines, au moins la moitié doit se dérouler dans une structure d’accueil collectif d’enfants de moins de 6 ans, l’autre moitié doit quant à elle s’inscrire dans une structure accueillant des enfants de moins de 3 ans. Ces stages peuvent se réaliser avec un contrat d’apprentissage.

Les qualités requises

Encadrer au quotidien de jeunes enfants ne s’improvise pas ! Les qualifications demeurent indispensables, mais ne s’avèrent pas suffisantes. Pour travailler avec ces publics et faire face à ses responsabilités sur la durée, il faut disposer d’un certain nombre de qualités. Il s’agit notamment de faire preuve de beaucoup de patience et être très disponible.

Les professionnels de la petite enfance savent se montrer courtois et à l’écoute, en particulier quand les parents des enfants accueillis dans l’établissement les sollicitent. Dans ces moments-là, les agents de crèche, animateurs petite enfance ou encore les aides auxiliaire de puériculture savent communiquer et véhiculer les bons messages. En outre, pour les professionnels qui évoluent dans des écoles maternelles, centre aéré ou d’autres lieux d’accueil collectifs, il convient d’être organisé et d’avoir une bonne capacité à travailler en équipe.

Les débouchés de la formation petite enfance

Un contexte favorable

C’est devenu l’Arlésienne. À chaque rentrée ou presque, les journaux d’information mettent l’accent sur le manque de places en crèche dans différents endroits en France. Une situation qui pourrait aller en s’améliorant avec la création – annoncée à l’été 2018 – de 30 000 places supplémentaires en crèche d’ici 2022. Un projet qui nécessite de former des professionnels et qui sera à l’origine d’un nombre croissant d’ouvertures de postes dans ces établissements.

Les futures titulaires de ce CAP pourront également devenir des assistants maternels agréés ou pratiquer la garde d’enfant à domicile, des alternatives ô combien salvatrices pour les parents qui n’obtiennent pas de places dans une halte-garderie ou une crèche collective. Ainsi, les candidats à ce diplôme réellement motivés pour exercer dans ce milieu peuvent être rassurés, la pénurie de postes n’est pas pour demain !

Les publics côtoyés et les missions

En fonction de vos préférences, certains postes peuvent davantage susciter votre intérêt que d’autres. Les métiers de la petite enfance en crèche sont prisés des personnes qui aiment évoluer au milieu des nourrissons et des bébés. Si vous privilégiez l’accompagnement des grands, les postes d’agent d’animation et autres métiers exercés dans les écoles maternelles semblent faits pour vous. Une fois diplômés, les professionnels accomplissent des tâches diverses et variées, allant de l’accueil des enfants à la prise des repas en passant par la réalisation des soins. Des activités et des jeux d’éveil sont également proposés aux enfants.

Les avantages du CAP petite enfance à distance

Un rythme qui convient au profil de l’apprenti

Vous faites preuve de beaucoup d’autonomie et aimeriez travailler à votre rythme ? Le CAP petite enfance par correspondance devrait répondre à vos attentes ! Il correspond parfaitement à celles et ceux qui sont plus à l’aise lorsqu’ils choisissent leur temps d’étude.

preparer-distance-enfance-comment-petite

Bien entendu, il répond aussi aux problématiques auxquelles sont confrontées de nombreuses personnes qui exercent déjà une activité et n’ont la possibilité de préparer leur diplôme que le week-end ou le soir. La correspondance suscite aussi l’attention d’un public qui rencontre des difficultés d’accès à la formation : les apprenants identifient des établissements vers lesquels ils pourraient jeter leur dévolu, mais l’éloignement avec leur domicile actuel les obligerait à déménager, démarche que certains ne peuvent pas assumer financièrement.

Une formation remboursée en cas d’échec

L’un des autres avantages de cette formation petite enfance à distance ? Son accessibilité ! Le CAP Accompagnant éducatif petite enfance est ouvert à tous. Contrairement à beaucoup de filières, aucun diplôme d’entrée n’est demandé, le seul critère étant d’être âgé(e) au moins de 18 ans au 31 décembre de l’année de l’examen. Quant aux garçons et aux filles âgés de 16 ou 17 ans, ils doivent seulement présenter un accord parental. Des doutes quant à l’intérêt de franchir le pas ? Sachez que certains organismes croient tellement en leurs moyens pédagogiques qu’ils remboursent la formation des candidats qui échoueraient à l’examen.

UNE FORMATION DE DÉVELOPPEUR WEB

Quels métiers peut-on faire après une formation de développeur web ?

A l’heure de la transition digitale, les métiers du web sont en plein essor. Face à cette tendance, les français sont de plus en plus nombreux à opter pour une formation de développeur qui leur ouvre la voie à des métiers d’avenir. Mais quels sont ces débouchés exactement, et quelles sont les différentes déclinaisons des professions du développement web ? Eléments de réponse.

En savoir +
metier-de-coach-professionnel

Formations utiles : comment exercer le métier de coach professionnel ?

Le coaching est actuellement un terme à la mode mais c’est un sujet qui mérite d’être éclairé, pour ne pas ne pas le confondre avec les autres métiers tels que la consultance, ou encore la thérapie. Si la consultance permet de faire appel à un spécialiste afin d’effectuer une tâche spécifique, le coaching, quant à lui, se base essentiellement sur l’accompagnement.

En savoir +

Les métiers et formations du développement durable

Le programme grande école consacré au développement durable peut se faire en suivant un double cursus. Il s’agit du management et développement durable. Le cursus permet d’obtenir une formation qualifiante du bac +1 à +5. Ces séances permettent de maîtriser toutes les compétences nécessaires pour exercer le métier de manager, entrepreneur ou chef de projet.

En savoir +
1 2
Search
+