les-salaries-portes-sont-ils-bien-payes

Les salariés portés sont-ils bien payés ?

Le portage salarial est parvenu à se faire une place parmi les formes d’emploi les plus flexibles en France. Se trouvant à mi-chemin entre l’entrepreneuriat et le salariat, il permet au consultant, que l’on nomme « salarié porté », de bénéficier des avantages du salariat, mais également de proposer son travail et de tester sa capacité à entreprendre, sans pour autant créer une véritable entreprise.

Ce salarié porté évolue en l’occurrence dans un environnement professionnel en rupture avec les codes du salariat classique. Il profite ainsi d’une grande liberté quant à la façon dont il mène son activité. Tout cela explique ainsi pourquoi le portage salarial a connu un véritable essor ces dernières années. Vous souhaitez devenir salarié porté, et vous désirez savoir si en optant pour ce statut, vous serez mieux payés ? On vous dit tout à ce sujet.

Portage salarial : de quoi est-il question exactement ?

Le portage salarial fait référence à une relation tripartite entre une société de portage salarial, un client, et un consultant (le porté). Pour que cette relation ait lieu, deux types de contrats doivent être conclus, à savoir le contrat de service et le contrat de travail. Le premier est signé entre le porté, la société de portage et le client, tandis que le second est bipartite, c’est-à-dire signé entre l’entreprise de portage et le consultant porté. Le principe du portage salarial s’avère relativement simple :

  • Le consultant en portage salarial réalise une prestation pour un client, qui peut être une entreprise, une association ou une collectivité locale,
  • Le client verse les honoraires auprès de la société de portage salarial,
  • Cette dernière les rétrocède au consultant sous forme de salaire après déduction d’une commission et des cotisations sociales (patronales et patronales).

Être consultant en portage salarial ou salarié porté : le concept

Compte tenu du principe du portage salarial, être consultant ou salarié porté, c’est exercer son activité dans le cadre d’un contrat de travail signé avec une société de portage salarié. Justifiant d’une expertise de pointe, d’une autonomie ainsi que d’une qualification, un consultant en portage salarial peut trouver lui-même ses clients, négocier en toute autonomie avec eux les conditions d’exécution de ses missions ainsi que ses salaires.

Tous les mois, la société de portage avec laquelle il a signé un contrat de travail lui verse un salaire en contrepartie de l’exécution de ses missions. Ce salarié porté profite de surcroît des mêmes avantages sociaux qu’un salarié classique (assurance chômage, retraité au régime général, accident maladie, assurance accident de travail…) et bénéficie d’un accès à des formations et un accompagnement sur mesure.

Soulignons qu’un consultant qui est séduit par cette nouvelle forme de travail peut calculer son salaire en portage salarial avant de se lancer, en s’aidant d’un outil de simulation de salaire en ligne. La simulation se fait en l’occurrence sur la base de son taux journalier moyen.

picture-salaries-portes-payes-sont-bien

Quel est le montant de la rémunération minimale d’un consultant en portage salarial ?

Avant toute chose, la rémunération n’est pas librement fixée dans le cadre du portage salarial puisqu’elle juridiquement encadrée. La Convention collective de portage salarial prévoit une rémunération minimale qui se compose notamment d’un salaire minimum (intégrant le salaire de base, l’indemnité de congés et la prime d’apport d’affaires) et d’une réserve financière pour les périodes dites d’intermissions.

Selon l’article 21.3 de cette convention, le montant du salaire minimum varie de 70 à 80% de la valeur mensuelle du plafond de la Sécurité sociale (PSS) en fonction de l’ancienneté d’un consultant travaillant à temps plein. Ainsi, s’il est fixé à 70% du PSS pour un consultant junior (moins de 3 ans d’expérience), il s’élève à 75% du PSS pour un salarié senior (plus de 3 ans d’expérience) et de 85% du PSS pour un forfait jour.

Pour ce qui est de la réserve financière, celle-ci est égale à 10% de la rémunération totale brute pour un salarié en CDD et 10% du salaire de base pour un consultant en CDI. En prenant en considération tous ces détails, la rémunération minimale d’un consultant en portage salarial ne pourra en aucun cas être inférieure à 77% du PSS. Quoi qu’il en soit, il est important de mentionner que ce salarié porté est libre de fixer ses propres tarifs après de sa clientèle.

À quoi correspondent les frais de gestion des sociétés de portage salarial ?

En contrepartie de la prise en charge des démarches administratives, comptables et juridiques découlant de l’activité du consultant, la société de portage prélève des frais de gestion dont le montant représente environ 5 à 10% du chiffre d’affaires HT généré par ce salarié porté. En général, ces frais sont 3 à 6% plus faibles qu’en société de conseil ou en intérim.

À quoi correspondent les charges sociales que doit s’acquitter un salarié porté ?

Un consultant en partage salarial est soumis aux mêmes cotisations sociales qu’un salarié soumis au régime général de Sécurité sociale. Ces cotisations sont composées d’une part patronale et d’une part salariale et sont nécessaires pour profiter de tous les avantages des allocations chômage, de la retraite ou encore de la complémentaire santé. Donc, si le pourcentage des charges patronales oscille généralement entre 34 et 47% du salaire brut, celui des charges salariales est aux alentours de 22%, toujours du salaire brut.

Qu’en est-il de la rémunération nette perçue par un salarié porté tous les mois ?

Après s’être acquitté des frais de gestion ainsi que des cotisations sociales salariales et patronales, un consultant en portage salarial perçoit un salaire net compris généralement entre 45 et 60% de son chiffre d’affaires HT. En guise d’exemple, un salarié porté qui génère 5 000 € de chiffre d’affaires HT touche une rémunération nette dont le montant varie de 2 250 € à 3 000 €.

picture-salaries

Un consultant peut-il optimiser sa rémunération en portage salarial ?

Si la rémunération que perçoit un salarié porté dépend de ses pratiques, il peut également dépendre de sa capacité à activer certains leviers pour l’optimiser. Ce qui veut dire qu’un salarié porté peut parfaitement optimiser le salaire brut qu’il gagne mensuellement.

Contrairement à un salarié classique, il peut passer ses frais de fonctionnement en frais professionnels, entre autres, son abonnement internet, téléphonique ou à un espace de coworking, ses frais de prospection… Plus précisément, un consultant, sous réserve de présenter les pièces justificatives associées, a la possibilité de demander à sa société de portage de prendre en charge ses frais sur son compte. En agissant de la sorte, il s’affranchit des cotisations sociales sur ces frais de fonctionnement. Si la prise en charge de ces derniers diffère d’une société de portage à l’autre, elle ne doit pas excéder le seuil fixé par l’URSSAF : 30% de la rémunération brute versée par le client.

Toujours dans une optique d’optimisation de la rémunération nette, un consultant en portage salarial peut décider de récupérer toute ou partie de la TVA sur ses frais professionnels. C’est pourquoi, avant de signer le contrat de travail, il est dans l’intérêt de tout salarié porté de se renseigner amplement sur la politique de récupération de la TVA collectée pratiquée par la société de portage.

En effectuant des versements volontaires sur son épargne salariale, PEE ou PERCO, un salarié porté peut également optimiser à double titre la rémunération nette qu’il perçoit mensuellement. Ces versements peuvent faire l’objet d’un abondement pouvant aller jusqu’à 300% de son versement, selon les conditions prévues par l’entreprise de portage. Ainsi, au titre de cet abondement, les sommes affectées au PERCO ou au PEE bénéficient de dispositions fiscales particulièrement avantageuses. Elles sont par conséquent moins taxées que la rémunération. Ces sommes sont de surcroît exonérées d’IR (impôt sur le revenu).

Le statut de salarié porté est-il avantageux ?

Bien qu’un consultant en portage salarial ne touche que 45 à 60% de son chiffre d’affaires, voire un peu plus s’il optimise sa rémunération, force est d’admettre que les avantages liés à son statut sont très intéressants. D’abord, il bénéficie d’une prévoyance qui lui assure un complément d’indemnisation en cas de décès, d’invalidité ou de maladie. Dans l’éventualité où il serait dans l’incapacité d’exercer sa mission, la prévoyance lui verse une partie de ses salaires.

Un salarié porté profite aussi de l’assurance souscrite par la société de portage salarial lui permettant de se préserver d’éventuels sinistres causés à l’occasion de son activité professionnelle et garantissant le paiement de ses salaires ainsi que le versement des cotisations sociales afférentes. Après avoir été salarié au moins 4 mois au cours des 2 dernières années (3 ans si le consultant est âgé d’au moins 53 ans à la date de fin de son dernier contrat de travail), avec un ou plusieurs employeurs, un consultant en portage salarial a droit aux allocations chômage.

salaries-portes-payes-sont-bien

Opter pour le statut de salarié porté, c’est aussi se permettre de travailler en toute sécurité. Le salarié porté peut choisir les missions qu’il désire réaliser, mettre en place une stratégie commerciale sur mesure, négocier ses modalités d’intervention, constituer une base clients qui répond à ses propres critères… Qui plus est, il peut travailler sans qu’il ait à se soucier des tâches fiscales et administratives inhérentes à son activité tout en rejoignant un réseau de consultants.

logement travailleur saisonnier

Quel est le type de logement le plus adapté pour les travailleurs saisonniers ?

Bon nombre d’employeurs n’arrive pas à embaucher suffisamment de travailleurs saisonniers à cause des difficultés à trouver un logement. Le problème de logement peut s’expliquer par l’absence d’habitation adaptée ou la mise à disposition de logements aux loyers convenables aux salaires des travailleurs saisonniers. Découvrez la nature des logements dédiés à ses salariés en CDD.

Se loger dans un camping, est-ce une bonne idée ?

logementChaque année, de nombreux saisonniers s’intéressent au travail temporaire d’animateur, maître-nageur, agents de sécurité, réceptionniste… Pour loger les travailleurs saisonniers, il existe diverses solutions d’hébergement. Certains employeurs décident de mettre à la disposition de leurs travailleurs saisonniers des campings et bungalows.

En choisissant d’être logé sur le lieu de travail, cela apporte un avantage non négligeable aux saisonniers ainsi qu’aux gestionnaires du camping. L’employeur n’est pas obligé d’héberger ses salariés temporaires. Si vous devez chercher votre camping, vous devez réagir en avance.

La raison est que, ce mode d’hébergement très prisé des vacanciers est réservé près d’un an à l’avance dans certaines villes touristiques. L’astuce pour habiter dans ces logements durant les saisons estivales est de choisir un emploi saisonnier dans un camping. Vous pourrez ainsi jouir automatiquement d’un logement mis à la disposition de l’établissement.

Exemples de logement confortable pour les travailleurs saisonniers

Pour favoriser l’accueil des travailleurs saisonniers, certaines villes disposent de logements entièrement meublés, dédiés exclusivement à des salariés en CDD. Les loyers des appartements confortables sont adaptés aux revenus de ces locataires temporaires. Selon la surface de l’appartement loué, les travailleurs saisonniers pourront habiter dans des studios, T1 ou T2.

Les T2 sont suffisamment spacieux pour accueillir 2 ou 3 personnes. Qu’il s’agisse de louer un camping ou un appartement, ces habitations ne sont pas prévues pour accueillir des familles. Certains appartements proposent un niveau de confort élevé : antenne TNT, Internet et téléphone fixe, balcons, WC et salle de bains individuels, eau chaude solaire…

Conseils pour trouver un logement idéal pour un travailleur saisonnier

Lorsque vous êtes à la recherche d’un hébergement pour votre travail saisonnier, privilégiez les habitations aux tarifs abordables, situées à proximité de votre employeur. Pour réduire davantage le montant des loyers, essayez de partager les frais en habitant en collocation. Durant votre saison, cherchez une collocation dans un appartement, une caravane, un camping ou un mobil-home.

Pour trouver un logement décent, rendez-vous à la Mairie du lieu où vous allez travailler durant la saison. De cette manière, vous pourrez obtenir des contacts utiles dans la région. Pour économiser davantage votre budget hébergement, renseignez-vous auprès des Résidences Habitat Jeunes, au Crous ou rendez-vous dans des campings municipaux.

reellement-apprendre-nouvelle-langue

Y a-t-il réellement un âge pour apprendre une nouvelle langue ?

Avec la mondialisation qui prend une ampleur considérable depuis plusieurs années, apprendre une nouvelle langue n’est sans doute plus un luxe. C’est une nécessité vous ouvrant les portes du monde avec à la clé plusieurs opportunités pour la réussite de votre projet de vie.

Si vous décidez d’étudier, de travailler ou de faire des affaires dans un pays étranger, l’accès à celui-ci est conditionné par un certain degré minimal de maîtrise de la langue du pays. Aujourd’hui, la principale langue internationale à parler est l’anglais. Comment l’apprendre ? Y a-t-il un âge recommandé pour un meilleur apprentissage ? Quel lien entre l’anglais et votre insertion professionnelle ? Des réponses dans cet article.

En savoir +
Secteur de la beauté

5 métiers pour travailler dans le secteur de la beauté

L’univers de la beauté regorge de métiers et d’opportunités de travail. Dans une société où l’on accorde une grande importance à l’apparence physique, de nombreuses personnes se rendent régulièrement dans des salons de beauté et des centres de soins spécialisés pour redonner un coup d’éclat à leurs corps. Découvrez les principaux métiers de ce secteur en perpétuelle croissance qui génère chaque année plusieurs centaines de millions d’euros.

Métiers de la beauté : esthéticienne

Dynamique et créatif, le métier d’esthéticienne est très recherché par les salons de beauté et les centres de bien-être où l’on prend soin de son corps et de son esprit. Pour devenir esthéticienne, il est nécessaire de suivre une formation professionnelle, telle qu’un CAP esthétique, qui permet d’acquérir toutes les compétences nécessaires pour exercer au mieux la profession. Si vous avez l’esprit entrepreneurial, vous pouvez choisir de devenir propriétaire d’un salon de beauté. C’est un travail qui demande beaucoup d’engagement et de responsabilité puisqu’il englobe aussi des aspects administratifs liés à la gestion de l’activité.

Métiers de la beauté : conseillère beauté

Avoir un diplôme d’esthéticienne professionnelle, c’est aussi mettre ses connaissances et ses compétences à la disposition des autres. Il existe en effet de nombreuses sociétés de cosmétiques qui ont besoin d’un conseiller en beauté pour s’occuper de la vente des produits de la marque. Les produits peuvent être présentés à la fois à différents détaillants et à des centres de beauté. La conseillère en beauté est à mi-chemin entre le conseil et la vente. Sa tâche consiste à présenter les produits de la manière la plus explicative et la plus claire possible. Pour ce faire, il est nécessaire d’avoir une excellente formation de base et de connaître tous les secrets liés au monde de la beauté, du bien-être et des soins personnels. Ce métier peut également être exercé dans le cadre d’une reconversion professionnelle.

Métiers de la beauté : cosmétologue

Appelé aussi le chimiste des cosmétiques, il est le professionnel qui est responsable de la création des parfums et des crèmes pour les marques de produits de beauté. La profession de cosmétologue ne connait pas la crise. Ces professionnels sont en effet très recherchés pour leur aptitude à créer des produits qui peuvent être distribués dans le monde entier et qui peuvent valoir plusieurs millions d’euros grâce aux brevets qu’ils créent ou gèrent. La formation professionnelle prévoit l’acquisition de connaissances liées aux matières premières, de compétences de présentation et d’informations techniques sur la santé.

Métiers de la beauté : coiffeur

Le métier de coiffeur ne consiste pas seulement à couper des cheveux. Le secteur de la coiffure comprend également la spécialisation dans la coloration, le stylisme, ou encore les soins capillaires. Certains coiffeurs se distinguent par leur aptitude à créer des coupes extravagantes qui leurs confèrent un statut de véritable stars auxquelles font appel les personnalités du monde de la mode et du cinéma.

Métiers de la beauté : maquilleuse

Chaque année, des centaines de personnes entreprennent des études dans des académies de maquillage mais peu parviennent à devenir maquilleurs. La profession est très recherchée mais n’a malheureusement pas de reconnaissance spécifique. Pour devenir maquilleur, vous devez avoir une formation professionnelle, une certification délivrée par un institut professionnel et d’excellentes compétences pour interagir avec les clients.

Les médias sociaux sont essentiels pour ceux qui travaillent comme maquilleur car ils permettent d’établir des relations avec les clients. Ces outils sont une véritable arme qui différencie un maquilleur normal d’un maquilleur professionnel. Que ce soit pour des occasions particulières, des soirées spéciales, des événements dans le monde théâtre, de la télévision ou encore du cinéma, le métier de maquilleur connait un succès remarquable. De plus, les séances photos et les mariages sont des occasions parfaites pour gagner de l’argent en tant que travailleur indépendant.

Métiers de la beauté : dermatologue

Les dermatologues sont des spécialistes médicaux de la dermatologie et des maladies vénériennes. Ils sont responsables du diagnostic et du traitement des maladies de la peau. Pour devenir dermatologue, il faut obtenir un diplôme de médecine. Le travail d’un dermatologue peut être effectué dans un établissement public tel qu’un hôpital, dans un établissement privé ou en ouvrant sa propre clinique dans le cadre d’un travail indépendant.

En conclusion

Le monde de la beauté est fait de plein de possibilités. Outre les métiers cités, vous pouvez également devenir technicien en ongles, expert en massage, visagiste, etc. Bien entendu, ces domaines sont en constante évolution. Il est donc conseillé de toujours se tenir au courant des dernières tendances. Ceux qui aiment voyager ou qui veulent un emploi saisonnier peuvent choisir de travailler dans des hôtels, des stations balnéaires ou des bateaux de croisière équipés d’un centre de beauté et de bien-être.

Logiciels de ressources humaines

Les ressources humaines à l’ère des nouvelles technologies

La gestion des ressources humaines est-elle en train de vivre une révolution ? Avec l’émergence de solutions technologiques à fort potentiel, nous assistons à un changement en profondeur du mode de fonctionnement du monde du travail. Des logiciels de ressources humaines à l’analyse des données en passant par l’intelligence artificielle, la technologie revêt chaque jour davantage une importance capitale pour le développement des entreprises.

L’importance des logiciels de ressources humaines

Les Systèmes d’information de gestion des ressources humaines (SIRH) offrent aux responsables des ressources humaines la possibilité de réduire le temps qu’ils doivent consacrer aux tâches administratives pour leur permettre de se concentrer davantage sur les questions qui nécessitent une attention particulière. En simplifiant le processus de recrutement et la gestion des compétences, un logiciel SIRH permet d’améliorer l’efficacité et la précision, influant ainsi positivement sur le moral des employés. Grâce à cette solution technologique, le métier de responsable des ressources humaines tend à s’affirmer davantage comme une fonction stratégique dans l’organisation d’une entreprise.

L’intelligence artificielle au service du recrutement

Le recrutement est un processus long et coûteux. Mais grâce à l’automatisation et à l’intelligence artificielle, il devient plus facile de sélectionner des candidats ayant un profil adapté aux besoins d’une entreprise. Les logiciels de gestion de ressources humaines comportent des fonctionnalités innovantes, à l’image du filtrage des CV et de l’automatisation des réponses aux candidatures.

Amenée à occuper une place prépondérante dans le domaine des ressources humaines, l’intelligence artificielle permet aux recruteurs de se concentrer davantage sur l’évaluation des compétences non techniques et sur l’adaptation à la culture de l’entreprise d’une manière plus structurée. Plusieurs responsables de ressources humaines estiment que l’utilisation de l’intelligence artificielle représente un gain de temps considérable dans le processus de recrutement. Cette technologie étant encore à ses premiers balbutiements, nul doute que son utilisation sera de plus en plus importante dans le futur, ouvrant ainsi la porte à de nombreux axes de développement.

Une mise en conformité plus efficace

Rester conforme sur le plan réglementaire est un défi majeur pour les services de ressources humaines au sein d’une entreprise. Les lois et les règlements étant en constante évolution, la conformité exigeait autrefois une organisation et une capacité de stockage informatique dédiée. Les  nouvelles technologies, à l’image des logiciels SIRH et des solutions basées sur le cloud, permettent de rationaliser le processus.

Selon certaines études, les entreprises qui adoptent la technologie pour se conformer à la réglementation en vigueur voient souvent une amélioration de l’engagement des leurs employés et constatent une croissance dans leurs résultats financiers.

L’analyse des performances

La gestion des performances est un volet majeur la gestion des ressources humaines. Grâce aux nouvelles technologies, les données brutes tirées de l’analyse peuvent être utilisées pour créer des aperçus exploitables et soutenir les décisions concernant les promotions, la rémunération, la planification du développement et la gestion des équipes inter-fonctionnelles. En outre, l’analyse des données aide à identifier les possibilités de coaching et permet aux gestionnaires et aux employés de comparer leurs performances.

Il existe également une corrélation positive entre une équipe de direction plus diversifiée sur le plan ethnique ou du genre et une augmentation des bénéfices. Les consommateurs recherchent plus fréquemment des entreprises qui valorisent la diversité, ce qui impacte directement les stratégies de recrutement. A mesure que la sensibilisation à la valeur des équipes diversifiées augmente, les entreprises exploiteront de plus en plus l’analyse de la main-d’œuvre pour aborder les questions de la diversité et de l’intégration.

Les ressources humaines dans le futur

L’économie mondiale étant confrontée à des défis majeurs qu’il faudra relever dans les années à venir, certaines entreprises chercheront à créer de nouvelles sources de revenus, tandis que d’autres voudront comprendre réellement quel est leur état opérationnel et comment elles peuvent travailler différemment, afin de s’assurer d’obtenir le meilleur retour sur investissement possible. La numérisation des processus de ressources humaines et la création de liens entre les principales fonctions de l’entreprise seront donc les principaux leviers de la transformation qui s’amorce.

Dans le futur, les entreprises devront également intégrer à leurs stratégies commerciales des données et des analyses prédictives. L’adoption de solutions technologiques innovantes telles que les logiciels SIRH continuera donc de croître et les fournisseurs de ces solutions s’attaqueront à chaque étape du parcours des employés pour pouvoir contrôler leur impact sur les performances de l’entreprise.  L’acquisition de nouveaux talents va continuer à se développer et les entreprises qui n’ont pas réfléchi à la valeur de leurs investissements dans ce domaine ou qui ne l’ont pas remise en question seront inévitablement confrontées à leur incapacité à atteindre leurs objectifs.

hotellerie-automnale-recrutez-saison

Hôtellerie et haute saison automnale : recrutez !

L’automne est arrivé, mais l’activité hôtelière n’est pas à l’arrêt. Après un été 2020 marqué par le Coronavirus, le secteur a connu un taux de remplissage moyen d’environ 55% d’après le premier bilan du cabinet d’études MKG. Les Français continuent de projeter de séjourner en hôtel afin de découvrir la France, et ce dès la fin du confinement. Pour répondre à leurs attentes, offrez à votre clientèle une expérience unique en surfant sur l’une des grandes tendances de ces dernières années : partir en automne et en hiver.

En savoir +

Recrutement : comment reconnaître les candidats incompétents ?

La première impression d’un candidat est décisive. Cela est particulièrement vrai si vous n’avez qu’un seul entretien pour examiner un candidat de près. On peut donc rapidement être déçu si le candidat qui est parfait sur le papier ne l’est pas en réalité. Mais comment reconnaître les candidats incompétents en France ou dans n’importe quel pays du monde ? Comment faire le jugement lors d’un concours pour un poste? Comment prendre une décision face à un dossier de candidats que vous devrez étudier? Comment gérer la situation? Découvrez des réponses à toutes ces questions et comment identifier rapidement les candidats inadaptés pour un poste donné.

Comment reconnaître un bon candidat ?

Même dans les élections présidentielles, les présidents comme Emmanuel Macron et Donald Trump ont concouru pour le poste de président. Face aux adversaires, il est important de déterminer le candidat incompétent. Si les candidats ne parlent que d’eux-mêmes lors de l’entretien, la prudence est de mise. Parce que normalement, il devrait s’agir d’un système de questions-réponses. Bien sûr, c’est pour que le recruteur puisse faire connaissance avec la personne assise devant lui et qui a réussi les concours pour le poste. Concourir pour un poste est similaire à concourir dans un examen ou en politique. Néanmoins, sachez que durant l’entretien, l’interrogatoire ne doit pas porter uniquement sur la personne interrogée. Ces questions doivent être posées : Le candidat parle-t-il de son mentor, de ses collègues ou de ses patrons ? Et si oui, comment ? Fait-il l’éloge de ses précédents employeurs en France ou mentionne-t-il des personnes qui l’ont soutenu dans sa carrière antérieure ? Parle-t-il de modèles ? S’il ne parle pas des autres et se concentre sur lui-même, il ne convient pas. Car ce comportement indique que le candidat n’est pas un joueur d’équipe, mais qu’il travaille de plus en plus pour lui-même. Vous devrez également savoir prendre une nouvelle de la part de vos candidats pour leur rassurer durant l’entretien. Quel que soit la situation, dans tribunal administratif, dans le domaine de l’éducation ou dans les élections présidentiel ou personnel, il est important que le candidat déclare son point de vue.

Comment est le candidat incompétent ?

La personne qui n’admet aucune erreur et les reproches aux autres est le candidat incompétent. La compréhension du perfectionnisme est un autre signe que le candidat peut être incompétent pour le poste. Personne n’est parfaite, il est donc normal de faire des erreurs. S’il juge que son parcours est impeccable, il est un très mauvais candidat. C’est pourquoi la question des faiblesses est si essentielle. C’est là que se révèle l’image de soi du candidat. Appeler cette faiblesse impatience ou même perfectionnisme est la preuve d’un manque d’originalité et de réflexion sur soi. Il est bien sûr bien connu que les candidats souhaitent se présenter mieux plutôt que moins bien. Cependant, il est de notoriété publique que l’honnêteté est la meilleure voie dans ce cas. Dans ce contexte, il est pertinent de faire une distinction. Certains candidats ont évidemment appris à donner de telles réponses. D’autres se considèrent en fait comme irréprochables. Les professionnels des ressources humaines ou RH peuvent également le reconnaître par le fait que le candidat signale les erreurs des autres et ce faisant s’exclut lui-même. Il en va de même dans le cas échéant, le candidat ne veut pas se mettre sous un mauvais éclairage. Ces candidats ont généralement peur de faire mauvaise figure s’ils révèlent leurs faiblesses. Il se peut aussi que le manque de confiance en soi est la raison. Si tel est le cas, ces personnes peuvent éviter les conflits dans leur vie professionnelle. Cependant, montrer ses propres succès et démontrer les échecs des autres est généralement un mauvais signe. Un candidat doit pouvoir admettre de petits dérapages, car cela augmente l’authenticité et le désir d’apprendre.

Quels sont les comportements non professionnels lors de l’entretien d’embauche ?

La répétition d’un comportement non professionnel est un signal supplémentaire pour un candidat incompétent. Il peut arriver qu’une partie des documents de candidature n’ait pas été téléchargée en raison de l’Internet. Ou bien le train a eu du retard et le candidat au poste n’est donc pas à l’heure. Toutefois, si ce comportement se poursuit pendant l’entretien, le recruteur doit en être conscient et il doit faire une annulation de sa demande. Un exemple en est la révélation bavarde ou accidentelle de caractéristiques négatives d’anciens collègues ou patrons. De telles actions négligentes ne peuvent être dues qu’à la nervosité. Mais ils peuvent également indiquer la faible résistance d’un futur candidat. Faites attentions à la surqualification du candidat. En revanche, si l’application est trop parfaite, cela peut poser un problème dans le même sens. Vous devez tout vérifier d’abord, car les candidats se présentent souvent de manière plus avantageuse. Toutefois, si un candidat est vraiment idéal, il a tendance à être un atout. D’autre part, dans un tel cas, ces candidats peuvent rapidement s’ennuyer, avec pour conséquence qu’ils commencent rapidement à chercher le prochain emploi. C’est pourquoi les responsables des ressources humaines doivent donner la priorité aux candidats qui s’adaptent aux tâches du poste. De cette manière, il peut être plus facile d’empêcher un employé sur-qualifié de quitter son emploi pour un poste plus attrayant après une courte période. Il est important de connaître le niveau incompétence d’un candidat. Le monde est soumis à divers élections, il s’agit des mêmes procédures mêmes aux yeux du public. Les candidats politiques comme Emond Harnden, Laurence Peter, Pierre Hurmic, Nicolas Florian et Joe Walsh doivent avoir les qualifications adéquates pour les courses dans leurs parcours politique. Quand vous faites un entretien d’embauche, vous devez agir comme les personnes qui font de la politique. Le recruteur est le peuple, il faut conquérir son cœur. Non pas avec des mensonges, mais avec honnêteté, noblesse et savoir.

Les compétences nécessaires pour entrer sur le marché du travail

Les compétences techniques sont essentielles si vous voulez conquérir le poste de rêve vacant dans cette entreprise que vous admirez tant. Mais elles ne suffisent pas. Il n’est pas nouveau que le marché de l’emploi devienne de plus en plus concurrentiel, n’est-ce pas ? Il n’est pas nouveau que le marché de l’emploi devienne de plus en plus concurrentiel, n’est-ce pas ? Cette formation va bien au-delà de l’éducation formelle et de l’excellence du programme d’études.

Quelle est la signification des compétences ?

La compétence, selon le dictionnaire Houais de la langue portugaise, est la qualité ou la caractéristique de ceux qui sont habiles et possèdent des aptitudes, de la dextérité, des dispositions. L’aptitude désigne la capacité à faire quelque chose, la capacité à exécuter une tâche ou à faire face à une situation spécifique. La bonne nouvelle, c’est que les compétences ne sont pas immuables. Ils peuvent être acquis, développés et améliorés. Sur le marché du travail, de nombreuses compétences sont recherchées par les employeurs.Par conséquent, pour entrer sur le marché du travail, vous devez savoir ce qu’ils sont afin de pouvoir investir dans votre potentiel et vous démarquer en tant que professionnel performant.Maintenant, comprenons un peu mieux les compétences professionnelles et personnelles et comment elles s’interconnectent.Quelles sont les compétences professionnelles ?Les compétences professionnelles sont des caractéristiques qui vous permettent de réussir professionnellement.De manière simple : il s’agit de compétences liées à l’environnement de l’entreprise.Ce sont ces caractéristiques qui vous distingueront réellement des autres candidats.Savez-vous pourquoi ? Traiter avec les gens est l’une des tâches les plus difficiles, car elle requiert de l’empathie. Donc, rester concentré sur le client, c’est comprendre ce qu’il cherche et essayer de résoudre ses problèmes. Éthique et fiabilité. Il est fondamental de travailler avec l’éthique. De nombreux lieux de travail sont contaminés par ceux qui agissent de mauvaise foi ou qui répandent des ragots et des discordes. Ne soyez pas si professionnel. Soyez une personne de confiance pour vos collègues et vos supérieurs.  Si vous pensez que vous n’avez pas à négocier parce que vous ne travaillez pas dans la vente, vous vous trompez. Dans tout domaine, il y a négociation : pour discuter des prochaines étapes de l’équipe, pour fixer des objectifs, pour persuader des collègues, pour décider qui obtiendra le poste, etc. Ainsi, même si vous ne suivez pas une formation spécifique, il est utile de prendre en compte l’importance de la capacité à envisager des alternatives, à agir de manière diplomatique et à proposer des solutions gagnantes pour tous.

Compétences personnelles

De manière simple, nous pouvons affirmer que les compétences personnelles sont les potentialités de votre profil. Ce sont les compétences liées à leur comportement, qui vont bien au-delà de leurs attributs professionnels. Mais ils ont une influence sur eux, bien sûr. Aujourd’hui, les entreprises recherchent des personnes qui ont une vision globale de l’organisation. Ils veulent des employés qui ne se concentrent pas seulement sur une compétence professionnelle, mais qui ont l’intelligence émotionnelle nécessaire pour faire face à des demandes plus complexes. Aujourd’hui, les entreprises recherchent des personnes qui ont une vision globale de l’organisation. Cette intelligence émotionnelle est donc l’une des compétences personnelles qui peuvent être utilisées sur le lieu de travail.Comme nous l’avons vu, les compétences personnelles et professionnelles sont actuellement étroitement liées. Mais quelles sont les principales ? Découvrez ci-dessous 23 compétences professionnelles que les grandes entreprises recherchent et que vous ne devez acquérir qu’en les développant : l’intégrité. Il peut sembler évident à première vue que le professionnel doit être droit. Mais le sens général du mot n’est pas toujours clair pour les candidats. Le professionnel parfait est celui qui respecte les délais, qui donnent un retour d’information aux clients et qui ne fuient pas les nouveaux défis. Conscience de soi.
Se connaître soi-même est le meilleur moyen de développer ses points forts et de savoir comment faire face à ses points faibles. Essayez de voir comment les gens autour de vous vous voient et, si possible, cherchez un expert pour améliorer vos compétences personnelles. Nous agissons tous selon des modèles de comportement, bons ou mauvais. Lorsque vous pouvez les identifier, vous êtes en mesure de renforcer ceux qui sont positifs et de minimiser ceux qui sont négatifs.
Auto confiance. La confiance en soi est essentielle pour prendre des risques en toute sécurité. La connaissance de soi et la confiance en soi sont étroitement liées, car à partir du moment où vous vous connaissez bien, vous aurez beaucoup plus confiance en vous pour agir, prendre des décisions, improviser et gérer les conflits.Il n’est pas étonnant que les entreprises accordent une si grande importance à cette compétence. Maîtrise de soi et équilibre émotionnel. Avoir la maîtrise de soi et un équilibre émotionnel ne signifie pas être un professionnel froid ou montrer ses émotions. L’équilibre émotionnel, c’est savoir comment gérer les sentiments et les émotions dans l’environnement professionnel, voire connaître le bon moment pour les exprimer. Il n’est pas toujours facile de contenir les émotions dans l’environnement de travail. Il est normal, dans certaines situations, de se sentir frustré ou même en colère. Mais pour bien gérer ses émotions, il faut faire preuve d’intelligence émotionnelle, une compétence extrêmement recherchée dans le monde de l’entreprise. L’intelligence émotionnelle est la capacité à reconnaître et à évaluer vos sentiments et ceux des autres et à les gérer de manière rationnelle.Flexibilité. Le monde de l’entreprise demande des professionnels de plus en plus flexibles, capables de s’adapter aux changements constants du marché. La flexibilité est également liée à la créativité. Après tout, être Flexible impliqué de trouver de nouvelles solutions pour faire face aux problèmes et aux situations adverses. Les professionnels flexibles ont une longueur d’avance, car ils peuvent comprendre et agir dans des situations changeantes. Les moments de crise requièrent également ce type de compétences, car c’est dans les moments critiques que les organisations font appel à des personnes ayant une attitude permettant de faire face à des événements imprévus. Initiative. Toutes les entreprises veulent des professionnels ayant de l’initiative, qui transforment les idées en actions. Pour ce faire, n’ayez pas peur de prendre des risques calculés et soyez prêt à agir dans des situations difficiles. C’est une compétence qui peut être formée dans la vie de tous les jours, dans de petites actions. Ne manquez jamais de proposer de nouveaux projets et de présenter des idées novatrice face aux problèmes et aux demandes. Analyse critique. Les entreprises ne veulent pas de salarier qui ne font que se plaindre, c’est-à-dire qui trouvent les problèmes, mais pas les solutions. Ils recherchent des personnes ayant une analyse critique, qui peuvent analyser le macro-environnement de l’organisation et faire des critiques constructives. 

Compétences de communication

Ce sont les compétences de communication qui permettent d’éviter les malentendus dus au bruit dans le processus de dialogue quotidien d’une entreprise. Bien communiquer vous permet de vous connecter aux autres et de vous démarquer. Et ici, nous ne parlons pas seulement de mots, mais aussi de langage corporel, qui en dira long sur vous et sur les autres. Techniques de négociation. Si vous pensez que vous n’avez pas à négocier parce que vous ne travaillez pas dans la vente, vous vous trompez. Dans tout domaine, il y a négociation : pour discuter des prochaines étapes de l’équipe, pour fixer des objectifs, pour persuader des collègues, pour décider qui obtiendra le poste, etc. Ainsi, même si vous ne suivez pas une formation spécifique, il est utile de prendre en compte l’importance de la capacité à envisager des alternatives, à agir de manière diplomatique et à proposer des solutions gagnantes pour tous. Capacité à apprendre rapidement. De nouveaux systèmes, méthodes et organisations apparaissent sans cesse dans le monde des entreprises. Ceux qui ont la capacité d’apprendre rapidement ont donc une compétence très demandée par les entreprises et ont déjà une longueur d’avance. Il vaut donc la peine de sortir de la zone de confort et de se mettre au défi d’apprendre quelque chose de nouveau chaque jour, aussi petit soit-il. Et sur le lieu de travail, n’ayez pas peur de vous lancer dans l’innovation et l’utilisation de la technologie pour accélérer votre routine. Capacité d’improvisation. Avec l’évolution constante et rapide des modèles économiques, la capacité d’improvisation est devenue une compétence très appréciée. Comme personne n’a de boule de cristal, il est souvent impossible d’anticiper les faits. Traiter avec les gens est l’une des tâches les plus difficiles, car elle requiert de l’empathie. Donc, rester concentré sur le client, c’est comprendre ce qu’il cherche et essayer de résoudre ses problèmes.
Éthique et fiabilité. Il est fondamental de travailler avec l’éthique. De nombreux lieux de travail sont contaminés par ceux qui agissent de mauvaise foi ou qui répandent des ragots et des discordes. Ne soyez pas si professionnel. Soyez une personne de confiance pour vos collègues et vos supérieurs. 

Comment maximiser ses chances de décrocher un job ?

Comment obtenir un emploi est la question qui ne veut pas rester silencieuse, surtout face à un scénario de crise dans notre pays.

La solution a été d’abuser de la créativité et pourquoi ne pas créer sa propre source de revenus.

C’est vrai, l’esprit d’entreprise est une alternative intéressante au chômage.

Selon la dernière enquête menée par le GEM, le nombre de personnes ayant créé leur propre entreprise a triplé en dix ans au Brésil.

De 14,6 millions à 49,3 millions d’entrepreneurs au total.

Que ce soit par opportunité ou par nécessité, la vérité est que vous devez trouver des solutions pour éviter les chiffres alarmants du chômage dans le pays.

Selon un récent rapport publié par l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE), le Brésil a clôturé le premier trimestre 2019 avec plus de 12 millions de chômeurs.

La question qui demeure est donc la suivante : comment obtenir un emploi même dans une situation aussi défavorable ?

Eh bien, la première étape est de ne pas désespérer et la seconde est de consulter les conseils que nous avons préparés spécialement pour vous permettre de sortir de cette position inconfortable.

Pourquoi devriez-vous trouver un emploi ?

Vous avez dû entendre cette phrase qui dit que le travail donne de la dignité à l’homme, non ?

Parce que c’est aussi important que d’apporter la paix financière et le confort à vous et à votre famille, avoir une activité professionnelle contribue à occuper nos esprits, à mettre fin aux temps morts.

Et lorsque nous avons un travail qui nous plaît, en réalisant des projets qui nous donnent du plaisir, la charge de travail devient encore plus légère.

Notre motivation augmente également parce que nous avons le sentiment que le travail n’est pas seulement une obligation, mais quelque chose qui apporte un retour positif à nos performances dans notre vie en général.

La santé mentale et physique en est également reconnaissante.

Si les moments de repos sont respectés, bien sûr. Donc, pas d’être un bourreau de travail, de faire des heures supplémentaires et de ramener des tâches professionnelles à la maison, vous voyez ?

Préoccupations des clients, rencontre avec le patron, rapports et tous les documents bureaucratiques uniquement le jour ouvrable suivant.

Pourquoi ne pas trouver un emploi ?

Et si au lieu de trouver un emploi, vous créiez votre propre pain ?

Suivre les traces de près de 50 millions de Brésiliens et devenir entrepreneur n’est pas non plus une mauvaise idée. Loin de là, d’ailleurs.

Pouvez-vous vous imaginer sans patron ?

Vous travaillez avec un objet que vous avez vraiment idéalisé et vous éprouvez du plaisir à exercer votre activité professionnelle ?

Mettez en place votre routine de production et ne restez pas bloqué par des horaires préétablis et des journées interminables ?

Oui, ça semble assez tentant, n’est-ce pas ? Bien sûr, tout n’est pas rose dans le monde du télétravail, de l’entrepreneuriat et du free-lance.

La discipline, l’engagement, la prospection de clients, l’obtention d’une idée du rôle et sa mise en pratique, sont sans aucun doute les grands défis de ces alternatives.

Mais soyons réalistes, ces scénarios ne sont pas très différents de ceux que l’on rencontre dans un emploi traditionnel.

Il faut mettre en balance les avantages et les inconvénients de chaque situation et les évaluer

Il est très vrai que rien n’a besoin d’être définitif.

Vous pouvez, par exemple, trouver dans ces autres formes de revenus une échappatoire pendant que vous n’avez pas d’emploi signé, ou en complément de votre budget mensuel.

Comment obtenir un emploi sur Internet ?

Il est indéniable que la technologie est arrivée pour simplifier les processus, en réduisant la bureaucratie aux niveaux les plus différents.

Avec l’avènement d’Internet, par exemple, les gens peuvent acheter sans quitter leur domicile, faire des opérations bancaires sans se rendre dans une agence physique, et bien d’autres choses encore.

Parmi ces “nombreuses autres choses”, il y a l’aspect pratique de l’obtention d’un emploi.

Non pas que le modèle classique de remise de CV en mains propres n’ait pas encore sa valeur, mais il est indéniable qu’une bonne partie de l’embauche, du moins les premiers contacts, sans donner de manière virtuelle de nos jours.

C’est pourquoi vous, qui êtes au chômage, devez plus que jamais vous intéresser aux offres d’emploi sur Internet.

Ce qui, à première vue, semble être une tâche simple, nécessite quelques soins pour être plus efficace.

Par exemple, ce n’est pas parce qu’Internet offre plusieurs options que vous vous lancerez dans l’envoi de CV de manière adoptée sans aucun critère.

La première étape consiste à maintenir un programme d’études bien actualisé et à créer un portfolio numérique avec toutes vos productions les plus pertinentes, où vos principales compétences seront mises en valeur.

Vous devez ensuite vous inscrire sur les portails qui annoncent les offres d’emploi.

Il est également important de créer un profil sur LinkedIn, un réseau social spécialisé dans les contenus professionnels.

C’est une façon de suivre de plus près les entreprises qui vous intéressent, sur lesquelles vous aimeriez travailler.

Avoir un bon réseau et participer à des groupes de sensibilisation aux opportunités est un excellent moyen de se tenir au courant des dernières offres.

11 conseils pour trouver un emploi rapidement

La marche à suivre à laquelle vous avez eu accès juste au-dessus n’est qu’un résumé de la façon de trouver un emploi sur Internet.

Dans les pages qui suivent, nous apporterons plus de détails sur certains des conseils déjà cités et en incorporerons autant d’autres dans ce guide complet.

1. Qui a le focus, a tout

Il est tout à fait normal d’être anxieux dans la recherche d’un nouvel emploi, surtout lorsque cette recherche a déjà pris un certain temps.

Cependant, de tels sentiments peuvent entraver cette tâche importante.

Ce qui ne peut pas arriver, c’est de confondre hâte et afobation.

Vous devez rester convaincu de vos choix.

Par exemple, il peut ne pas valoir la peine d’accepter une offre dans un domaine différent du vôtre.

Il est toujours plus difficile de revenir à son propre segment après un certain temps d’absence.

Sans compter que cela pourrait représenter un pas en arrière dans votre carrière.

2. Reprenez votre meilleur ami

Le CV est votre grande carte de visite.

Il doit contenir toutes vos informations professionnelles de manière organisée, en valorisant vos principales vertus et compétences.

Mais ce n’est pas tout, l’objectif du programme est l’un des contenus essentiels.

Vous devez être aussi sincère que possible quant à vos intérêts par rapport au poste en question.

Indiquez clairement quelles sont vos compétences les plus liées au poste et mettez en évidence les expériences similaires qui vous qualifieront pour le poste.

3. Rapportez vos expériences…

Vous devez créer un programme d’études spécifique pour chaque type d’emploi proposé.

Ainsi, vous pourrez accorder l’importance voulue aux expériences les plus pertinentes.

N’oubliez pas que votre parcours professionnel est ce que vous avez de plus concret à présenter aux recruteurs.

Prenez donc le temps de décrire en détail les fonctions que vous avez exercées, les secteurs qui ont fait partie des activités et les compétences qui ont été développées au cours de ces processus.

4. … mais souvenez-vous que non seulement ils comptent

Comme nous l’avons dit, le CV est l’outil idéal que vous avez à vos côtés pour trouver un emploi.

Il doit donc être aussi complet que possible.

Les gens oublient que les expériences personnelles sont souvent aussi porteuses de points positifs.

Les projets personnels que vous avez développés, les ONG avec lesquelles vous avez collaboré et les cours que vous avez suivis sont importants.

Bien entendu, ne les mettez sur votre CV que si vous pensez qu’ils sont effectivement pertinents.

Si c’est juste pour rendre votre résumé de qualifications plus solide, il vaut mieux l’éviter.

5. Qui n’est pas vu ne se souvient pas

Il ne sert à rien d’avoir un CV incroyable si personne n’y a accès.

Il faut le faire connaître et rien de mieux que d’utiliser les réseaux sociaux pour cela.

LinkedIn est en soi un excellent moyen pour vous d’exposer vos compétences professionnelles, il existe également d’autres sites de recrutement qui peuvent être utilisés à cette fin.

Actuellement, plusieurs entreprises utilisent des systèmes de recherche automatique de talents et la seule façon dont votre nom apparaît dans l’une de ces recherches est d’enregistrer votre CV.

6. Utilisez vos contacts

Combien de fois un de vos supérieurs vous a-t-il demandé si vous aviez un nom à indiquer pour un certain poste ? Oui, les gens oublient le pouvoir d’un bon réseau.

Un solide réseau de contacts peut assurer une relocalisation professionnelle beaucoup plus rapide. Normalement, un manager préférera engager quelqu’un qui a déjà un retour positif plutôt qu’un parfait inconnu.

Il est donc temps de nouer des liens plus étroits avec les personnes qui n’ont pas parlé ou qui n’ont pas noué de nouvelles relations d’affaires depuis un certain temps.

Les congrès et les événements d’entreprise sont de bonnes occasions d’étendre votre réseau.

7. Ne jamais abandonner

Nous vous donnons peut-être des conseils, mais en fait, vous êtes vraiment fatigué de vous faire fermer tant de portes au nez.

Nous savons que la situation est compliquée, que le scénario n’est pas du tout prometteur, mais vous devez être plus fort que tout cela et croire en votre potentiel.

Utilisez ces négatifs à votre avantage et n’abandonnez jamais.

Essayez d’assimiler ce que chacun des recruteurs a dit sur son profil et utilisez-le pour vous rendre plus complet sur le plan professionnel.

8. Être plus flexible

Parfois, nous sommes tellement obstinés à obtenir le travail de nos rêves que nous oublions de nous regarder.

Il est facile de critiquer l’employeur, avoir un peu d’autocritique fait également partie du processus.

Un petit jeu de la taille, c’est bien.

Si l’entreprise ne peut pas payer ce que vous demandez, mais que son offre est également très basse, essayez de négocier et d’arriver à moyen terme.

Par là, nous ne disons pas que vous devez vous dévaloriser en tant que professionnel, personne n’a besoin de mendier un emploi.

Mais il est possible de demander des contreparties qui correspondent à la différence financière des deux parties : les avantages, les primes de productivité, les alternatives ne manquent pas.

9. Lettre de présentation de votre deuxième meilleur ami

Même si tous les postes vacants ne le requièrent pas, il est toujours bon d’avoir une lettre de présentation. Tout comme votre CV, il doit être spécifique à chaque opportunité d’emploi.

Toutefois, contrairement à votre meilleure amie, votre deuxième meilleure amie devrait être plus directe et se limiter à présenter ses compétences pour le poste.

La lettre d’introduction peut être demandée en réponse à certains postes vacants.

Et si vous cherchez à entrer ou à vous installer sur le marché, alors ne faites pas l’idiot et ayez le vôtre à portée de main.

Le modèle est utile, mais ne doit pas être utilisé sans adaptations.

Idéalement, vous devriez éditer le document et le laisser en ligne avec les questions spécifiques du poste à pourvoir.

Mais que mettre dans la lettre ?

Comme son nom l’indique, il sert essentiellement à présenter le candidat, en apportant un résumé des qualifications qui correspondent le mieux à l’opportunité ouverte.

Il faut également être poli dans votre discours et ajouter les formes de contact pour que le recruteur sache comment vous joindre.

10. Savoir comment se comporter lors d’un entretien

Arriver au stade de l’entretien est considéré par beaucoup comme une vacance presque garantie.

Même s’il s’agit d’une partie plus avancée du processus de recrutement, ce n’est cependant pas une raison pour se réjouir prématurément.

C’est pourquoi toute l’attention est trop faible en ce moment important.

Chaque choix que vous faites, à partir des vêtements que vous portez, des mots que vous choisissez pour les réponses et de la posture pendant la conversation, est déterminant pour votre embauche ou non.

Afin de ne pas tout perdre, nous avons dressé une liste de comportements à adopter lors d’une interview :

11. Toujours avoir un plan B

Comme nous l’avons dit, vous ne devez pas nécessairement trouver un emploi.

Vous pouvez faire votre propre pain.

Après tout, on ne peut pas être à court d’argent tant que l’embauche des rêves n’est pas terminée.

L’entrepreneuriat, le travail en freelance, le bureau à domicile et la vente de produits d’information sont quelques exemples de génération de revenus alternatifs au travail formel.

Outre le fait de payer les factures, elles peuvent vous ouvrir les yeux sur de nouvelles possibilités.

Comment gagner de l’argent en étant coach ?

Le coaching est un autre marché de niche dans lequel vous pouvez investir. Il s’agit sans aucun doute de l’un des segments qui connaît la croissance la plus rapide non seulement dans le pays, mais aussi dans le monde entier.

Bien sûr, pour entrer dans la carrière de coach, il faut se spécialiser et trouver des cours réputés, avec des résultats prouvés, une reconnaissance internationale et dans des entités renommées.

La bonne nouvelle est que vous pouvez trouver toutes les exigences en un seul endroit : SBCoaching.

Pionnière dans l’utilisation du processus de coaching dans ses cours au Brésil, l’institution dispose de plusieurs options de formation, axées sur les intérêts les plus variés.

Pour que vous puissiez faire vos premiers pas en tant qu’entraîneur, le Personal

En d’autres termes, en plus d’avoir un impact positif, vous aurez la possibilité de contribuer de la même manière à la réalité des autres.

Mais ce n’est pas le seul mode disponible. Pour les connaître tous et connaître les avantages qu’ils apportent, visitez notre site web.

Vous constaterez que gagner de l’argent en tant qu’entraîneur dépend beaucoup plus de votre engagement et de votre dévouement que de tout autre facteur.

Comment le coaching vous aide-t-il à trouver un emploi rapidement ?

Comme nous l’avons vu, devenir coach peut être une excellente alternative de revenu pour vous, tout en apportant des gains incommensurables à votre vie personnelle et professionnelle.

Cependant, on a tort de penser que la méthodologie du coaching sert uniquement à former des experts dans ce domaine.

Non, les avantages vont bien au-delà. Les cours de coaching servent également de spécialisation dans les segments les plus divers, tels que la gestion des personnes et le leadership, par exemple.

En d’autres termes, ces formations permettent d’acquérir des compétences essentielles pour réussir dans le monde des affaires et peuvent constituer votre grand différentiel de compétitivité dans un marché aussi compétitif.

Pensez-y, qui sait, le processus de coaching n’est pas le soutien qui manquait pour que votre carrière décolle ?

Investissez dans la principale méthodologie de développement humain au monde et obtenez le travail de vos rêves.

Conclusion

Que vous créiez votre propre entreprise ou que vous obteniez l’emploi dont vous rêviez dans cette entreprise, l’important est de ne jamais renoncer à trouver un emploi.

La situation peut être difficile, oui, mais si vous continuez à croire en votre potentiel, à vous spécialiser de plus en plus, à travailler sur vos qualités et vos défauts, vous serez beaucoup plus proche de votre objectif.

Bien sûr, vous n’êtes pas seul dans ce cas.

N’oubliez pas que vous pouvez toujours compter sur le soutien de la méthodologie de coaching.

Avec elle, vous découvrirez les meilleurs moyens de mettre à profit votre potentiel infini et de vous concentrer sur vos besoins les plus urgents.

Nous espérons vraiment que les conseils sur la façon de trouver un emploi vous ont été utiles et vous ont aidé dans cette mission difficile.

Au fait, qu’avez-vous pensé de ce contenu que vous venez de lire ? Etait-elle pertinente pour votre situation actuelle ?

Les compétences comportementales, des indispensables en matière de recrutement

Sur le marché du travail actuel, l’acquisition de nouvelles connaissances, aptitudes et compétences est fondamentale pour garantir un bon emploi. En même temps, les professionnels qui s’accommodent de leur formation ou de leur expérience et qui pensent qu’ils sont suffisants finissent par être négligés par d’autres qui cherchent toujours à évoluer. L’acquisition de nouvelles connaissances et compétences est un élément fondamental pour ceux qui veulent s’assurer une bonne position sur le marché du travail actuel. Après tout, l’évolution constante est aujourd’hui le plus grand avantage concurrentiel des entreprises. C’est pourquoi les professionnels qui s’accommodent d’eux-mêmes et ne recyclent pas sont destinés à perdre de grandes possibilités d’évolution de carrière. Dépassez vos limites coaching et votre avenir, sachez ce qui va changer.

Compétences comportementales

Pour obtenir des postes de direction dans une organisation, chaque employé doit posséder certaines compétences comportementales. Actuellement, l’un des aspects les plus appréciés par les entreprises est la capacité à s’adapter à de nouvelles routines de travail et à assumer des missions différentes, c’est-à-dire la volonté d’accepter des changements et de nouveaux défis. Outre la flexibilité et la volonté d’évoluer, il existe d’autres exemples de compétences comportementales très appréciées sur le marché actuel. Apprenez à connaître certaines des compétences souhaitées par la plupart des cadres et voyez quels points vous pouvez améliorer pour augmenter vos chances de réussite professionnelle :

1) Capacité à prendre des décisions : savoir peser le pour et le contre afin de suivre la meilleure voie pour choisir quelque chose d’important est l’une des caractéristiques de base pour ceux qui veulent se distinguer professionnellement. La rapidité, le raisonnement logique et la vision de l’avenir sont des qualités importantes au sein d’une entreprise.

2) Empathie : avez-vous déjà essayé de vous mettre à la place de votre collègue et de comprendre son point de vue, même sans être d’accord avec lui ? Cette capacité, appelée empathie, est très importante pour développer des projets de groupe et dépasser les attentes.

3) Leadership : avoir la capacité de motiver et d’influencer les gens est une compétence qui est très ciblée par les entreprises et qui devrait être développée même par ceux qui n’occupent pas de poste de direction.

4) Contrôle émotionnel : il est courant que le travail mette les gens dans des situations de grand stress. Par conséquent, afin de prendre les décisions les plus judicieuses et les plus cohérentes, il est nécessaire de privilégier la raison et d’éviter les attitudes impulsives. La maîtrise des émotions est une caractéristique essentielle pour éviter les conflits avec les collègues et les contraintes dans l’environnement organisationnel, facteurs qui peuvent nuire à la productivité de l’équipe.

5) Anticipation : considérée comme l’une des principales compétences stratégiques, elle est très demandée par les entreprises qui veulent toujours avoir une longueur d’avance sur la concurrence. Cette compétence requiert une bonne connaissance du marché et est essentielle pour établir des avantages concurrentiels et prévenir d’éventuelles crises.

6) Auto-motivation : être capable de rester motivé est une autre compétence comportementale importante, car elle garantit une bonne performance professionnelle quelles que soient les circonstances, et peut être une caractéristique importante non seulement pour l’individu, mais aussi pour motiver le groupe.

Faites une évaluation pour voir si vous possédez toutes ces compétences et dressez la liste de vos points positifs et de ceux qui doivent être améliorés. Ainsi, vous pouvez devenir un meilleur professionnel et acquérir une bonne position sur le marché.

Les compétences comportementales, ce nouveau critère de recrutement

Les nouvelles tendances du recrutement dans son infographie et se concentre sur les nouvelles attentes des recruteurs. Quelles sont les compétences de demain ? Faut-il dire adieu à l’expertise métier et accueillir les compétences comportementales comme le nouveau critère du recrutement ?

Pour une majorité d’employeurs, les diplômes n’ont plus autant d’importance aujourd’hui

  • 59 % des interrogés considèrent que le diplôme n’est pas un critère essentiel.
    Parmi eux, on retrouve généralement des employeurs des secteurs du transport, de l’hôtellerie ou du commerce. Ils recherchent des qualités comportementales ou des compétences techniques sans prêter trop d’attention au diplôme, ceci concerne plutôt les secteurs de la construction de l’industrie ou de la réparation automobile.
  • 25 % d’entre eux voient le diplôme comme un élément important, mais plusieurs profils sont possibles.
    Ici, les recruteurs concernés viennent des secteurs de la finance ou d’activités scientifiques et techniques.
  • 16 % des répondants pensent que le diplôme et la spécificité de la formation sont déterminants.
    Ces employeurs qui considèrent le diplôme comme un élément important sont principalement du secteur de l’enseignement, de l’action sociale et de la santé.

60 % des employeurs considèrent que les compétences comportementales sont plus importantes que les compétences techniques.

Quelles entreprises favorisent les soft skills et ne prêtent pas trop d’attention au diplôme des candidats ?

Les PME sont les organisations les plus attentives aux compétences socio-émotionnelles et comportementales des candidats. 63 % des établissements de moins de 5 salariés prêtent peu d’attention au diplôme, 49 % pour les entreprises de 20 à 49 salariés, et près de 40 % pour les entreprises de plus de 100 salariés. Cette différence s’explique assez simplement, une entreprise avec peu d’actifs va beaucoup plus puiser sur la polyvalence et les qualités des candidats afin de tirer profit au maximum des profils et talents, tandis qu’un grand établissement portera moins attention aux compétences comportementales des candidats.

Quelles sont les principales compétences comportementales qui attirent l’attention des employeurs ?

Il existe un grand nombre de compétences comportementales, c’est d’ailleurs la raison qui nous amène à leur donner différentes appellations : compétences socio-émotionnelles, comportementales, cognitives, personnelles, humaines. Les employeurs sont majoritairement attirés par ces 3 compétences particulières :

  • La capacité à s’organiser et à prioriser les tâches 98 % ;
  • La capacité d’adaptation 94 % ;
  • L’autonomie 93 %.

S’en suit une longue liste de soft skills. Quand on sait qu’1 actif sur 3 est susceptible de changer complètement de métier d’ici les 10 prochaines années, et que 50 % des métiers de demain n’existent pas, ces compétences semblent être les plus aptes à les accompagner dans l’évolution de l’emploi comme le souligne le rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi :

  • Sens des responsabilités et fiabilité 93 % ;
  • Travail en équipe 90 % ;
  • Connaissance et respect des règles 84 % ;
  • Capacité à actualiser ses connaissances 83 % ;
  • Sens de la relation client 72 % ;
  • Capacité d’initiative et créativité 69 % ;
  • Capacité à travailler sous pression et à gérer le stress 62 %.

Dans un CV, les compétences comportementales sont analysées principalement par 57 % des recruteurs. On ressent une inversion des tendances en matière de recrutement, l’expertise métier n’est plus aussi importante aujourd’hui pour les employeurs. Ils cherchent avant tout un profil de qualité qui sera formé au métier en interne. Ses compétences personnelles lui permettront d’évoluer au sein de l’entreprise, car il saura faire preuve d’adaptation et d’esprit d’équipe, ce qui n’est pas forcément le cas pour un recrutement basé uniquement sur des compétences diplômantes. Les diplômes ne font plus l’unanimité chez les recruteurs. Avec l’évolution des métiers et les innovations technologiques, de nombreux métiers d’aujourd’hui sont voués à disparaître. Les nouveaux talents doivent donc miser sur le développement des compétences comportementales qui les aideront tout au long de leur parcours professionnel, sans un risque d’obsolescence.

8 compétences pour réussir au travail 

1. Savoir s’adapter

La seule chose dont on peut être certain en ce monde, c’est que tout change constamment. Ainsi, on risque fort, au cours de notre vie professionnelle, de changer de patron, de collègues, de tâches, de responsabilités et même d’emploi. Évoluer dans le monde du travail d’aujourd’hui requiert souplesse et flexibilité. C’est pourquoi les employeurs recherchent des employés qui font preuve d’une bonne capacité d’adaptation et savent tirer profit du changement plutôt que d’y résister.

2. Savoir travailler en équipe

Appartenir à une équipe de travail, c’est comme faire partie d’un orchestre: il faut connaître sa place et bien jouer sa partition. Une bonne équipe est un groupe où chaque maillon est conscient de ses forces mais aussi de ses limites.

3. Bien communiquer

En cette époque marquée par l’importance grandissante des réseaux sociaux, on communique plus que jamais, mais pas toujours efficacement. Communiquer, c’est avant tout être capable d’entrer en relation avec les autres. Il est important d’apprendre à interagir avec ses collègues. C’est d’ailleurs quelque chose que les employeurs remarquent. Lorsque quelqu’un hésite à communiquer dans son travail, on a tendance à l’exclure du développement de l’organisation. À l’inverse, quelqu’un d’ouvert sera davantage sollicité et inclus dans les plans d’affaires.

4. Savoir gérer les conflits

En présence d’un conflit, la plupart des gens vont pratiquer la stratégie du repli. Pourtant, en milieu de travail, il est généralement préférable d’apprendre à gérer ce type de situation; sinon, elle risque de dégénérer, de s’envenimer, voire de nous nuire dans la mesure où on cède aux demandes des autres au lieu de tenir compte des besoins de l’équipe ou de l’entreprise. Mais ce n’est pas toujours facile. Le problème réside bien souvent dans la charge émotive reliée à l’événement. En fait, régler un conflit équivaut à se gérer soi-même, à gérer ses émotions. Pour y parvenir, on doit avoir développé une certaine maturité.

5. Avoir le sens des priorités

On a souvent l’impression de devoir jongler avec un grand nombre de tâches en même temps? Ce n’est pas une impression. Dans la plupart des milieux de travail aujourd’hui, c’est la réalité. Dans ces conditions, si on a du mal à distinguer les tâches prioritaires de celles qui peuvent attendre, on risque vite de se sentir dépassée.

6. Bien gérer son temps

La gestion du temps est liée à celle des priorités. Quand on a une tâche à accomplir, il faut se concentrer sur elle et la terminer au lieu de vérifier nos courriels compulsivement ou de répondre au téléphone chaque fois qu’il sonne. Parfois, bien gérer notre temps passe par la capacité de dire non à certaines demandes. On dit oui à tout, on n’ose pas refuser, on en prend trop sur nos épaules. Cela a évidemment des répercussions sur notre efficacité et notre capacité de mener nos tâches à terme.

7. Être proactive

Faire preuve d’initiative et se montrer proactive sont des compétences essentielles en milieu de travail. 

8. Être un leader

Pas besoin d’être patron pour développer son leadership. Cette compétence peut en effet être utile dans la plupart des postes. Il ne s’agit pas de devenir à tout prix le président de la compagnie. Le leadership peut aussi consister à superviser un comité, à avoir une influence positive sur les plus jeunes employés, etc. Les employeurs apprécient souvent le leadership dit «relationnel». Il s’agit de la capacité d’influencer ou de donner une direction à un projet ou à une équipe. C’est en fait un leadership mobilisateur, qui cherche à obtenir la collaboration des autres. Dans certains milieux très compétitifs comme celui des affaires, de la finance, de la vente, un leadership directif, davantage axé sur le contrôle et la prise de décision rapide, est davantage recherché. À nous de nous adapter au style de gestion de la compagnie.

1 2 3 14
Search
+