Technicien ascensoriste : un métier qui monte !

Actuellement, le métier de l’ascensoriste commence à avoir de l’ampleur. Ce technicien se définit comme un spécialiste de dépannage, d’installation et d’entretien de tous les mécanismes de l’ascenseur. Désireux d’en savoir plus sur ce métier ? Cet article le présente de A à Z.

Un ascensoriste, en quoi consiste ce métier ?

Un ascensoriste est un technicien expert en ascenseur, en escalier mécanique et en monte-charge. Ce technicien se charge de les installer et d’assurer leurs fonctionnements. Ils disposent d’une expertise, d’un savoir et d’une compétence dans le domaine d’installation, de dépannage et de maintenance d’ascenseur.  Beaucoup d’entreprises spécialisées dans le domaine du bâtiment font de recrutement d’ascensoriste pour un projet de chantier de construction neuve ou un programme de rénovation d’un immeuble à plusieurs étages.

L’emploi d’un ascensoriste peut se décliner sous plusieurs aspects. Il y a les « monteurs en ascenseur » qui assurent la mise en place d’un nouvel ascenseur. Il fait l’étude du plan de l’ouvrage.

Il procède à l’assemblage de tous les éléments mécaniques, implante le moteur, assure les raccordements des câbles électriques, pose les boîtiers de commande et ajuste le réglage des freins. Il garantit le bon fonctionnement et la mise en service de l’ascenseur d’un bâtiment.  L’« agent de maintenance » s’occupe de l’entretien, la maintenance et la rénovation du parc ancien. Ce technicien réalise de visite régulière pour prévenir les éventuelles pannes. Ce maintenancier spécialisé doit également apporter les solutions de dépannage en cas de problème de fonctionnement. Il doit être disponible à tout moment, le weekend et les jours fériés. Lorsqu’une panne survient, il intervient pour la remise en service de l’appareil. L’emploi d’un mécanicien d’ascenseur est complexe. Ce dernier dispose d’une excellente maitrise de l’électronique, la mécanique, et de l’électricité. Les entreprises spécialisées exigent ainsi dans leur recrutement, la maîtrise de l’informatique et les automatismes pour les postulants. Pendant une intervention de dépannage, l’électro mécanicien d’ascenseur établi un diagnostic et vérifie le système de sécurité. Il procède au repérage des éléments défectueux et remplace les pièces de rechange.  

Conditions d’exercice de l’activité  d’un ascensoriste

Le métier d’un technicien en ascenseur peut se faire en deux (2) possibilités. La première, l’ascensoriste peut postuler à un recrutement lors d’une offre d’emploi d’une entreprise industrielle, de prestataire spécialisé en système de déplacement, de société de service ou encore d’entreprise de maintenance. L’exercice du métier est régi par un contrat.

La seconde, vous pouvez travailler à votre propre compte et devenir un technicien, un dépanneur, un monteur ou encore un moteur d’ascenseur freelance. En particulier, pratiquer l’emploi d’un ascensoriste indépendant est plus intéressant si vous avez assez de bagages et aussi d’expérience. Pour trouver les clients, vous n’aurez qu’à s’ inscrire sur les sites dédiés. Pour travailler en tant que freelance, il est important d’avoir une carte professionnelle et se disposer des équipements de sécurité nécessaire. Le domaine d’intervention varie selon les chantiers et également le type de service requis par le client. Selon les situations, l’ascensoriste peut exercer son activité dans les lieux publics, les chantiers de construction ou encore les sites industriels. Le type d’intervention dépend du service à offrir. Ceci peut s’agir d’un montage, d’une maintenance et aussi d’une modernisation.

Les qualités et les compétences spécifiques requises

Pour avoir plus de chance d’être validé lors d’un recrutement d’ascensoriste, il importe de répondre aux attentes de l’entreprise. Un bon ascensoriste doit avoir une compétence solide en habilitation électrique de travaux sous ou hors tension, avec une maitrise de normes de sécurité appliquées dans le domaine de l’intervention. Il doit savoir adopter les bonnes techniques en fonction de la nature de l’intervention. Pour une installation ou un réglage, il assure le montage de la cabine d’ascenseur et garantit la mise en service sécurisée de l’appareil. En cas d’une intervention pour un dépannage ou une maintenance, il fait office d’un agent contrôleur de fonctionnement. Il identifie l’origine de la défaillance du système de fonctionnement et se charge du remplacement de pièce défectueuse. Pour une intervention en guise d’une adaptation ou d’une modernisation, le technicien professionnel en ascenseur adapte son approche en fonction du besoin du client. Le spécialiste doit être attentif aux attentes de son client et apte à apporter une solution adaptée au problème. L’activité d’un ascensoriste est encadrée par de réglementation.

Les formations professionnelles et académiques

Pour pratiquer l’emploi d’un technicien professionnel d’ascenseur, il existe des centres qui dispensent de formation diplômante. Vous pouvez également accéder au métier d’un maintenancier d’ascenseur avec un Bac Pro en électromécanique, énergie et équipements communicants. La formation se déroule dans un lycée professionnel et le diplôme se prépare pendant trois (3) ans. Le Bac Pro en maintenance des équipements industriels est aussi un sésame pour accéder au métier d’un ascensoriste expert. Il y a également le Bac + 1 MC (Mentions Complémentaires) technicien ascensoriste et le Bac + 2 en Maintenance Industrielle.

Développeur : le métier du numérique qui recrute le plus

S’il a toujours été nécessaire d’envoyer un CV pour trouver un travail, cette nécessité n’est plus actuellement, notamment pour intégrer le métier de développeur. Apparemment, les recruteurs préfèrent se baser sur l’expérimentation du candidat, ou plus précisément sur les projets qu’il a pu développer.

En quoi consiste le métier de développeur ?

De manière générale, le développeur peut porter plusieurs appellations. Ainsi, les personnes qui se spécialisent dans cette matière rassemblent des développeurs informatiques, développeur web, codeur, programmeur et intégrateur. Ces derniers sont donc des pros du maniement des langages de programmation informatique. Pour le développeur de logiciels, ce métier consiste en la création de logiciels spécifique. D’une autre façon, il travaille sur l’écriture des lignes de code. Les logiciels créés peuvent être liés à un espace digital de travail, pour une université par exemple. Concernant les langages utilisés, ceux-ci peuvent comprendre Java, C, C + +, Ruby, COBOL, etc. Du côté du développeur web, il se consacre à l’écriture de code favorisant la création d’un site web. Les langages utilisés dans ce cas comprennent PHP, Java, html, ASP et SQL. Autre part, le développeur web intervient parfois comme intégrateur et s’occupe donc du paramétrage du design de la page. Il existe également les développeurs web qui créent des pages web avec l’installation et le paramétrage des CMS. Sans oublier le paramétrage des bases de données et des serveurs dont s’occupe le développeur, back-end.

Zoom sur les qualités d’un développeur

Un vrai développeur est une personne qui est capable de conserver ses connaissances et de rester à jour sur l’actualité. Il s’agit ici d’un expert du monde de l’informatique. Il doit donc connaître toutes les procédures et les normes de sécurité, sans compter les outils de développement bien sûr. En général, le développeur pratique une formation de façon autonome. Non seulement il maîtrise les langages informatiques, mais possède aussi des compétences pour communiquer, étudier et synthétiser chaque demande de chaque utilisateur. Durant le processus de développement et de programmation, il devra être rigoureux et dynamique.  Quels que soient les nouveaux impératifs, le développeur doit être capable de rebondir. En outre, en tant que professionnel, il doit avoir un bon sens de l’écoute, de l’imagination, créativité e concentration. Enfin, la capacité de lire et écrire en anglais serait aussi une nécessité à prendre en compte. Vous aurez alors compris que toutes ces qualités que doit avoir le développeur seront considérées lors du recrutement chez une entreprise.

Le point sur les possibilités d’embauches

Autrefois, les possibilités de recrutement étaient assez limitées. Mais à présent, il s’avère que le recrutement de développeur web gagne progressivement de terrain. Les étudiants qui choisissent les filières associées à cette spécialité sont actuellement nombreux. D’ailleurs, les entreprises et les SSII orientées vers l’informatique et qui recrutent augmentent aussi en nombre. D’habitude, ceux qui sont recrutés et qui sont débutants gagnent un voyage à l’étranger, de manière à acquérir une évolution. Il faudra dire que les opportunités qui s’annoncent pour le recrutement de développeur dans une firme sont à saisir rapidement. D’un autre côté, le développeur web a également le choix de travailler à son compte. Il peut donc opter pour le free-lance ou d’intégrer des agences de communication digitale. En ce qui concerne les salaires, ils sont particulièrement attrayants, aussi bien pour un débutant que pour un développeur plus expérimenté. Toutefois, la somme peut varier selon le profil et l’expérience du candidat. Une fois recrutés, les embauchés peuvent espérer une évolution. Ainsi, il existe une possibilité d’évoluer dans des postes comme celui de chef de projet. Celui qui travaille en free-lance peut également être capable de créer sa propre startup.

Plus de précisions sur la mission du développeur

Un vrai développeur doit être capable d’assumer différentes casquettes suivant les demandes qui s’adressent à lui. La mission quotidienne d’un développeur web consiste alors à programmer, développer, concevoir et optimiser des logiciels. Sans parler du suivi et de la maintenance de ces derniers. Il a un rôle qui peut différer sous le patronage du chef de projet. En grande partie, le développeur agit en participant à l’étude pour déterminer les besoins des utilisateurs et créer un prototype de la future application. Il intervient aussi dans l’analyse des produits finalisés en participant aux étapes d’essai. Sans compte sa participation au soutien technique et la réalisation des opérations de maintenance dans les moindres erreurs suite à la présentation de l’application ou du logiciel. Aussi, le programmeur informatique prend part à la définition des solutions techniques nécessaires pour l’établissement de l’application ou du logiciel. En même temps, il prendra en compte le respect du cahier de charges. Il ne faut pas oublier l’utilisation des progiciels visant à simplifier le travail sur la programmation et le codage informatique. Du reste, le développeur web se charge également de l’intégralité de l’écriture du programme et l’amélioration de celui-ci.

 

Webdesigner : un métier à la fois artistique et technique

Le métier du webdesigner est encore peu connu, même si le secteur informatique ne cesse de se développer. Plusieurs métiers se côtoient en effet pour créer et maintenir à niveau un site internet. Le webdesigner doit avoir des talents techniques et artistiques à la fois pour créer une interface sur mesure pour chaque site web qu’il construit. L’interface doit répondre aux besoins des clients, aux attentes des internautes et aux exigences des moteurs de recherche sans quoi le site ne peut pas être une réussite.

Tout savoir sur le secteur du webdesign

Le webdesign est comme la décoration pour les sites internet. Donc, le webdesigner doit avoir une grande sensibilité artistique. Mais, la réalisation de ses tâches est impossible sans des compétences techniques. C’est pourquoi il s’agit d’un métier à la fois technique et artistique. On parle d’un artiste 2.0. Le webdesigner s’occupe de la conception graphique d’un site web. Son but est de rendre la navigation sur les pages du site la plus agréable possible sur le plan visuel. Mais, le site doit également offrir une navigation intuitive. Pour ce faire, il doit maîtriser l’utilisation des différents logiciels de création comme la suite adobe. Dans son métier au quotidien, le webdesigner intègre et agence les éléments graphiques du site. Il doit d’abord définir avec le propriétaire, la charte graphique du site web sur laquelle il doit s’appuyer pour créer le design. Cela comprend les couleurs et les illustrations utilisées. Le webdesigner travaille souvent au sein d’une agence de graphisme, une agence de communication ou une agence web. Dans son métier, il collabore avec d’autres artistes du web comme le directeur de création, l’UI designer, l’UX designer, le directeur artistique et l’ergonome web.

Quelles sont les qualités recherchées pour un webdesigner ?

Le webdesigner doit posséder 3 qualités bien précises. Premièrement, le webdesigner doit avoir une bonne sensibilité visuelle pour apporter un design attrayant au site web. Le design et l’ergonomie d’un site favorisent en effet l’augmentation du trafic. Comment savoir vi sous possédez ce talent en vous ? Vous devez avoir du goût pour la photographie, la peinture ou les expositions. Puis, vous devez vous intéresser aux tendances graphiques et posséder de ce fait une grande ouverture culturelle. Deuxièmement, il doit avoir une aisance technique. Il ne s’agit pas de dessiner ou peindre avec un crayon ou un pinceau. Vous devez exprimer l’amour artistique en vous à travers des outils complexes. Heureusement dans une formation pour devenir webdesigner, vous apprenez à manipuler avec aisance les outils de création en ligne. Il faut noter que le monde du web est en perpétuelle évolution. Vous devez savoir qu’il est important de mettre à jour systématiquement ses compétences techniques. Les outils de création ne cessent d’évoluer et de nouveaux logiciels voient le jour. Troisièmement, il fait posséder un bon sens relationnel. En effet, vous ne pouvez pas exprimer tout simplement votre sens artistique. Vous devez tenir compte des demandes du client. Vous devez alors entretenir une relation basée sur l’écoute et tenir compte des codes et des contraintes auxquelles fait face le client avant de travailler. Le webdesigner suit alors un cahier de charge clair.

Où travailler en tant que webdesigner ?

Vous pouvez travailler au sein d’une agence web en tant que salarié ou en indépendant en tant que freelance. Mais au début, il faut prendre de l’expérience au sein d’une agence de création web ou de supports de communication. Vous pouvez ensuite, après quelques années d’expérience, vous installer en tant qu’indépendant. Dans ce cas, vous devez trouver par vos propres moyens vos clients. Vous pouvez créer un site web pour présenter vos services. Vous pouvez démarcher directement les entreprises par email ou appel téléphonique. Vous travaillerez alors pour le compte de nombreux clients et devez savoir gérer votre emploi tout seul. Dans tous les cas, le webdesigner doit travailler en étroite collaboration avec d’autres professionnels du web. Le design d’un site doit être pensé avec l’ergonomie et l’expérience utilisateur. Parfois, les clients font appel à un seul expert pour ces différents points. Le webdesigner doit alors maîtriser en même temps l’UX design et l’UI design. Sinon, il doit travailler en groupe avec un ergonome et un intégrateur web. L’ergonome va s’occuper de l’UX et l’UI design tandis que l’intégrateur web utilise des codages pour réaliser une application web ou un site web avec les lignes graphiques pensées par le webdesigner. Le webdesigner peut évoluer constamment dans son métier et devenir par exemple créateur de jeux vidéo ou chef de projet multimédia.

Quelle formation suivre pour devenir webdesigner ?

De nombreuses formations vous ouvrent la porte à ce métier du web. Après le bac, vous pouvez vous former dans les écoles de communication, dont les métiers de la publicité qui incluent souvent le module de webdesign. Vous pouvez également suivre une voie artistique et intégrer une école d’art, de graphisme ou de communication visuelle. Mais, il est également possible d’entrer dans les écoles des métiers de l’informatique ou du web. Vous pouvez donc étudier l’informatique et les mathématiques pour accéder à cet emploi. Les écoles des métiers du web sont les plus précises et proposent directement une formation en webdesign.

 

Fibre optique : le très haut débit booste les recrutements des techniciens

Le réseau informatique est un des fondements les plus importants qui font tourner, presque la totalité, des activités mondiales. Nombreux sont les facteurs qui font marcher le réseau informatique, mais le plus important, c’est la transmission des données. Récemment, une découverte a basculé le mode de transfert de données. Les chercheurs ont commencé avec l’utilisation des câbles coaxiaux et poursuivre avec la fibre optique.

La fibre optique, est une technologie qui utilise la lumière comme méthode de transmission de données. Avec cette nouvelle méthode, le monde du réseau informatique a totalement changé. Les transferts se font maintenant avec une vitesse d’exécution très haut débit. Non seulement, la fibre optique a apporté une évolution dans le domaine de l’informatique, mais elle a aussi boosté les offres d’emploi. Les techniciens sont actuellement dans de bonnes postures en termes de recrutement. Devant cette situation, une question se pose. Pourquoi la fibre optique propulse le nombre d’emplois accessibles dans le monde du travail ?

Les raison pour lesquelles la fibre optique booste les recrutements des techniciens

Par opposition à son objectif principal, le traitement automatique des données ; l’informatique a, toutefois, besoin de techniciens pour bien fonctionner. Les techniciens sont toujours indispensables dans plusieurs domaines du secteur technologique, notamment : le domaine de l’énergie, l’intelligence artificielle et les travaux publics.

Pour que la fibre optique marche sans interruption, il lui faut un maximum d’énergie. Sachez que pour faire tourner un « server » ou un « Data center », comme celui de Google, la consommation en électricité est de 10 térawatts-heures. Cette constatation explique le besoin constant de techniciens en électricité au sein des Data centers. La fibre optique offre donc beaucoup d’emplois pour les techniciens spécialisés en énergie.

L’intelligence artificielle est un domaine essentiel pour que la fibre optique puisse apporter des profits maximaux. Sans les techniciens en informatique, les réseaux informatiques qui utilisent la fibre comme un canal de transfert sont d’aucune utilité. Les techniciens et les ingénieurs en informatique sont toujours très recherchés. La fibre optique est un paradis de l’emploi pour les informaticiens.

Le secteur travaux publics est aussi très sollicité quand on parle d’installation de fibre optique. La création de la fibre optique est une grande découverte qui a nécessité beaucoup de travaux. Cependant, l’acheminement des câbles reste encore un défi colossal. De ce fait, avec la fibre, la demande en termes d’employés est permanente concernant le secteur travaux publics.

La fibre optique crée des milliers d’emplois en France

Non seulement la fibre optique a apporté, en France, le très haut débit, mais aussi des opportunités de recrutement. Pour ces dernières années et celles qui vont venir, la mise en place de la fibre optique aide beaucoup la nation dans la lutte contre le chômage en France.

Le pays veut recouvrir la totalité de son territoire par la fibre optique. Cette initiative permet aux nouveaux diplômés de trouver un emploi. Certes, une implantation d’une telle envergure nécessite beaucoup d’employés. Le secteur public et privé unissent leurs forces pour financer ce projet. Les acteurs majeurs de la fibre optique prévoient une création d’environ 20 000 emplois, en France, d’ici 2020.

Quels sont les emplois susceptibles d’être créés par l’implantation de la fibre optique ?

Pour vous qui cherchez de l’emploi dans le domaine du réseau informatique, la fibre optique vous offre un bon nombre de recrutements. Pour implanter des vingtaines de millions de prises fibres optiques, cela nécessite beaucoup de mains d’œuvre, de techniciens et d’ingénieurs Français.

Voici quelques titres d’emploi qui sont disponibles sur le marché du travail. Les personnes qui sont issues des formations techniques sont les plus sollicitées dans ce domaine à l’instar : des monteurs câbleurs, des techniciens réseau ou techniciens de raccordement, des responsables chantier, des soudeurs, des soudeurs de fibre et beaucoup d’autres offres. Évidemment, les ingénieurs en informatique et réseau sont très recherchés dans le domaine de la fibre.

Tout ce qu’il faut savoir sur la fibre optique

Une avancée technologique qui est née en 1970, la fibre optique a pour principal but d’apporter le très haut débit, en termes de transfert de données, dans un pays. La transmission de données numériques par la fibre se fait grâce à la lumière, d’où vient le nom fibre optique. La fibre offre des avantages à plusieurs domaines technologiques : les téléphones, les télévisions et les données informatiques.

Il existe deux catégories de fibre optique : les fibres monomodes et multimodes. Les multimodes transportent plusieurs modes, mais ce type de fibre est réservé pour les transmissions à bas débit. Quant aux monomodes, avec leur cœur plus fin, ils sont faits pour les transmissions très haut débit et longues distances. Les monomodes sont issus d’une technologie plus avancée que celle des multimodes.

La vitesse de transmission des fibres optiques peut atteindre les 75 % de la vitesse de la lumière. Des fibres, encore expérimentales, peuvent atteindre à 99 % la vitesse de la lumière.

Statisticien : des débouchés en hausse pour les métiers du chiffre

Le statisticien est un expert des chiffres.  Il élabore les données chiffrées en graphe ou en courbe, ce qui est nécessaire pour la prise de décision dans le développement d’une entreprise. Les statistiques sont essentielles au quotidien d’une firme en vue d’évaluer l’impact d’un projet sur le flux financier.  En outre du métier d’un comptable, le statisticien est en hausse actuellement. Les débouchés sur le marché d’emploi sont croissants et intéressent de plus en plus les jeunes à l’aise avec les chiffres.

Un état de lieux sur le secteur de la statistique

Le métier et le débouché dans le domaine de la statistique prennent de l’ampleur actuellement. Les chiffres sont plus que jamais présents et utiles dans les quotidiens des administrations, les grosses boîtes et notamment l’Etat. Les données chiffrées sont importantes pour obtenir des informations stratégiques.  Ces outils statistiques permettent aux chefs d’entreprise de mieux piloter la performance financière de leurs firmes.

La statistique est présente dans tous les domaines d’activité. Que vous désiriez travailler dans le secteur de la banque, de l’environnement ou encore du marketing, les données chiffrées sont omniprésentes. Dans le secteur agroalimentaire, par exemple, le statisticien analyse le flux financier des produits vendus. Il met sa loupe sur la demande des consommateurs afin d’améliorer et développer les nouvelles stratégies de production. Les données médicales sont des sources d’information précieuses pour les centres hospitaliers et les cliniques. Les rôles du statisticien sont déterminants. Il analyse les statistiques des patients sur plusieurs aspects. Les résultats chiffrés obtenus permettent ainsi aux professionnels de santé de prévoir les stratégies pour améliorer les services de soins proposés.

Le métier dans le secteur de la statistique a tellement évolué ces dernières années. De ce fait, le débouché s’est beaucoup multiplié. A présent, les statisticiens peuvent intervenir dans un secteur varié, comme l’éducation, l’assurance, les sciences sociales, la biologie et bien d’autres encore. Le débouché en marketing et en publicité s’avère le plus intéressant. Les tâches demeurent plus complexes, mais les données statistiques permettent d’optimiser le revenu de l’entreprise. Dans ce domaine, l’expert en chiffre analyse les comportements des consommateurs, leurs habitudes, leurs besoins et leurs demandes. Ils définissent ensuite les politiques marketing à adopter en fonction des statistiques pour inciter l’achat d’un service ou d’un produit.

Un zoom sur les débouchés de statisticien

Aujourd’hui, ils sont nombreux les entreprises qui requièrent les services financiers d’un statisticien. Selon l’Institut National de la Statistique et des Etudes économiques ou INSEE, la statistique publique française engendre un emploi engageant près de 10 000 personnes.

Le débouché qui s’offre aux professionnels et aux experts en statistique est prometteur. Ces derniers peuvent exercer le métier d’un ingénieur statisticien, un consultant web statistique. Dans le domaine de l’emploi  de la statistique actuel, le métier d’un actuaire et aussi de Data Analyst a le vent en poupe. Ces deux métiers plutôt récents en secteur sont les postes bien payés.

Le métier d’actuaire est un professionnel de chiffre qui se spécialise dans l’analyse de portefeuille. Même si cet emploi s’avère encore méconnu du grand public, il opère également dans les boîtes comme les banques et les compagnies d’assurance. Ses attributions sont multiples. En amont, il réalise des études statistiques, financières et économiques, tout en assurant la gestion des risques du projet. Il recueille les données nécessaires et suggère les mesures de précaution à adopter pour profiter de bénéficier, tout en minimisant les pertes financières. La profession d’actuaire requiert une grande aisance avec les chiffres et les mathématiques. La maitrise des logiciels de statistiques automatisés serait un atout.

De nos jours, beaucoup d’entreprises se tendent progressivement vers le numérique. En cela, la demande en termes d’analyse de base de données numériques est croissante, d’où le métier d’un Data Analyst. Cet emploi n’est autrement que celui d’un statisticien spécialiste sur le web. Cet expert en chiffre s’occupe de tout ce qui est Data Base d’une entreprise. Sa compétence doit correspondre aux besoins, même les plus exigeants d’une firme. Avec l’expérience, il peut s’évoluer et devenir un Data Scientist.

Les formations pour intégrer dans le métier du chiffre

Les formations au métier de la statistique sont pléthores. Les écoles sont accessibles par voie de concours après le Bac +2 scientifique. A noter que chaque niveau de formation est porteur de débouchés.

Les trois (3) grandes écoles de renom qui forment aux métiers de statisticien sont l’ENSAI ou Ecole Nationale de la Statistique et de l’Analyse de l’Information, l’ENSAE ou Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique et le dernier, mais pas le moindre, ISUP ou Institut Statistique de Pierre et Marie Curie.

Suivre une formation et obtenir le diplôme de Master économétrie/statistiques, en Licence Professionnelle statistique, Master M2S modélisation statistique, DU analyste permettent de s’intégrer dans la vie professionnelle d’un statisticien.

Les compétences et les qualités d’un bon statisticien

Ce qui veut exercer le métier dans le secteur de la statistique doit être à l’aise avec les données chiffrées. Mais pas seulement ! Avoir un esprit curieux et une grande faculté de synthèse sont les qualités privilégiées par les entreprises d’aujourd’hui.  Vous devez disposer d’une compétence technique, mais également en business et en marketing. Un bon statisticien doit être en mesure de simplifier les résultats afin qu’ils soient plus compréhensibles pour les non-initiés. La maitrise des outils et logiciels informatiques est une compétence favorisée par les recruteurs d’aujourd’hui. Vous devez apprécier le goût de l’analyse, la rigueur et la pédagogie.

 

Restauration : ça recrute toujours, de la cuisine au service en salle !

Malgré un taux de chômage élevé en France par rapport à la moyenne européenne, plusieurs secteurs en particulier la restauration a du mal à trouver des employés qualifiés. En effet, plusieurs milliers de postes ne trouvent pas preneur dans la restauration. Mais quels sont les postes qui recrutent le plus dans la restauration ?

Les métiers qui recrutent le plus en salle dans un restaurant

En premier lieu, le commis de salle ou de restaurant est un métier dans la restauration qui s’adresse aux débutants. En effet le commis en salle effectue des tâches simples comme le dressage des tables, au nettoyage après la fin du service, des réparations sur les chaises ou tables abîmées. Il exécute ses tâches sous la supervision d’un chef de rang. Les qualités à avoir pour devenir un commis en salle sont nombreuses, il y a par exemple la motivation pour se former au métier de salle, la bonne condition physique du fait que le travail est manuel, et surtout l’intérêt particulier pour la restauration.

Ensuite, le métier de serveur dont les missions principales consistent à dresser les tables, prendre les commandes et servir les clients. Il est à notes que les missions du serveur varient selon les établissements, en particulier chercher les plats dans la cuisine, débarrasser et présenter l’addition aux clients. Étant donné son contact direct avec les clients, il doit être excellent en matière de relations, en plus d’avoir une bonne mémoire par rapport aux commandes. Ces qualités vont déterminer le recrutement d’un homme ou d’une femme en tant que serveur.

Les métiers au niveau de la cuisine d’un restaurant

Tout d’abord il a le commit de cuisine, dont les missions principales sont la réalisation de mets simple, le dressage de table, participer au nettoyage de la cuisine et des salles y annexe comme la salle de stockage des ingrédients. Il doit également appliquer les règles relatives à l’hygiène concernant les aliments et la sécurité des personnes travaillant dans la cuisine. Le métier est ouvert aux jeunes n’ayant pas d’expérience particulière en cuisine. Cependant des qualités personnelles sont requises comme la capacité à suivre les consignes, s’adapter aux situations relatives au poste. Un bon commis de cuisine doit également savoir organiser son poste de travail tout en intégrant rapidement la notion hiérarchique dans une cuisine.

Quant au métier de cuisinier, ses activités tournent autour de l’élaboration des plats, l’encadrement des équipes de commis de cuisine et d’apprentie. Dans certains restaurants, il participe à la sélection des produits comme les légumes, la viande ou les fruits. Au niveau de la préparation des plats, le cuisiner réalise la plupart des cuissons des produits, tout en assurant l’élaboration des sauces. Il participe aussi au dressage des plats. À la fin du coup feu, il aide le personnel au nettoyage de la cuisine. Pour occuper le poste de cuisiner une personne doit connaitre les produits ou les ingrédients utilisés dans les plats qu’il devra cuisiner, participé à la gestion du stockage des aliments tout en ayant la capacité d’organiser son poste de travail dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité. Enfin, avoir la qualité de leader est important pour donner des ordres à une équipe de commis de plusieurs personnes.

L’importance du métier de sommelier dans un restaurant

L’un des métiers dans la restauration qui nécessite une formation particulière est le sommelier. En règle générale, le sommelier est la personne qui s’occupe de la cave du restaurant en particulier les vins. Il est présent dans la salle du restaurant pour conseiller les clients sur les meilleurs vins, pour cela il doit connaitre par cœur la carte des vins élaborés en collaboration avec le chef cuisinier. Les qualités pour être sommelier, un odorat et un goût hyper développé sont nécessaires. Un esprit curieux pour rechercher les nouveaux vins à un prix abordable pour les clients du restaurant, dans ce cas il doit avoir le sens de la négociation. La pratique d’une langue étrangère comme l’anglais est l’idéal pour le poste de sommelier dans les grands restaurants ayant une clientèle internationale.

Le barman, un métier polyvalent dans un restaurant

Le barman est en poste dans un restaurant ou un hôtel dont le principal rôle est de tenir le bar du restaurant. Il doit ainsi prendre les commandes des clients dans la réalisation des différents cocktails avec ou sans alcool. Dans ses attributions le barman doit mettre une ambiance chaleureuse pour mettre à l’aise la clientèle. Pour le bon fonctionnement du bar, il doit être capable de diriger une équipe de serveurs et de commis. Le barman doit être ainsi polyvalent et avoir des qualités au niveau relationnelles, c’est-à-dire être à l’écoute des clients. Il doit être rapide et précis dans l’exécution des commandes. Avoir une bonne condition physique est également essentiel du fait que le barman travaille debout à des heures décalées souvent la nuit. À l’issue de plusieurs années, son poste peut évoluer en chef barman avec une augmentation de salaire conséquent. En conclusion, la restauration est un secteur qui recrute en offrant un métier stable et de réelles chances d’évolution de carrière comme celui d’un serveur qui peut devenir chef de salle après quelques années.

 

L’industrie : encore de beaux postes pour les techniciens et les ouvriers qualifiés

Dans l’industrie, on appelle ces employés des ouvriers qualifiés. Ils sont là pour piloter, conduire, surveiller les machines qui servent à transformer les matières premières. Il y a différents sortes d’industrie de production comme dans l’agroalimentaire (ex : la canne à sucre en sucre), fabrication de matières plastique (le seau, les bacs à linge), confection de pneumatique (utiliser le pneu pour faire des sandales), des produits pharmaceutiques (l’aloé en médicaments, le miel qui est une sorte d’antibiotique). Ces personnes qui travaillent dans l’industrie peuvent trouver des travaux dans plusieurs domaines.

La métallurgie sous tension

Un métier d’ouvrier qualifié dans le domaine métallurgique est difficile car ce travail a pour but de transformer les métaux, tout ce qui concerne l’électricité, les pièces d’une voiture, et de la mécanique. Pour le fer, c’est le ferronnier qui peut fabriquer des œuvres à l’aide de la soudure des fers comme les râteaux, les pelles, les bêches, les brouettes : ce sont ses spécialités. Pour l’électricité ou le domaine de l’électronique  par exemple, il pourra résoudre des problèmes de sous tension sur les batteries ou redémarrer les téléphones éteintes, réparer des ordinateurs en pannes. En mécanique c’est de changer et connaitre ceux qui ne marchent pas dans un engin comme la voiture, les motos comme exemple changer les bougies de la voiture. Ces personnes sont nommées des techniciens de maintenance ou de mécanique ou même de l’électronique. Le travail dans l’industrie est plus saturé dans le Nord, c’est-à-dire dans la partie en haut dans le Monde. Si on regarde la structure par âge, ceux sont les hommes qui sont les plus intéressés dans ce domaine de l’industrie. Les jeunes qui possèdent le diplôme de BTS peuvent pratiquer cet emploi.

Pharmaceutique et Chimie

La majorité des pharmaciens et chimistes sont des bacheliers. Ils sont appelés des techniciens de laboratoire. Ils sont très recherchés, car ces jeunes arrivent à la fin de l’étude. Le diplôme est très exigeant car leur travail consiste à utiliser des matières qui servent à traiter des maladies comme les chimistes qui créent les bicarbonates et les utilisent pour rendre molle des nourritures comme le maïs, les haricots,…..Les pharmaciens qui créent des médicaments spéciales à chaque maladie. Ces personnes travaillent à temps plein car le peuple a besoin de leur création. C’est pour cela il y a toujours des permanents dans les pharmacies ou les laboratoires. La plupart de ces travailleurs sont sous contrat à durée indéterminée. D’autres restent longtemps dans une même place et certaines sont affectées plus vite que prévus. Ils travaillent aussi la nuit ou même les jours fériés ou le samedi et dimanche selon la demande du gérant ou du directeur. Les personnes qui ont fait l’étude en industrie doivent acceptés toutes les conditions requises. Ces gens qui y travail doivent acceptées tous les contraintes de leur travail.

Les techniciens du tunnel

Le recrutement des techniciens qui travaillent sur la construction sont très limités et exigent de grandes diplômes. Les recruteurs sont très exigeant car si jamais le travail qu’il effectue ne satisfaite pas le propriétaire, ce sera le chef de chantier qui sera puni selon la loi ainsi que ses équipes. Le travail dans l’industrie est vraiment un travail difficile, il a besoin d’une personne courageuse et qui a de la volonté. D’accepter d’être appelé même les jours fériés ou les week-ends. Ils sont aussi sous contrat car il y a des travaux qui durent des années comme une année ou six années et d’autres qui ne durent que quelques mois selon le travail à faire comme un mois ou six mois. Il y a aussi des travaux de perfection c’est-à-dire d’améliorer des habitations en recrutant des cadres de chantiers et ses équipes. Et ils sont énumères selon le travail à faire. Mais le salaire minimal est de 2000 euro par mois. Ils peuvent bien subvenir aux besoins de leur famille mais si jamais le travail n’est pas en continuité alors l’argent qu’ils obtiennent ne sera pas assez. En ce moment, il existe d’autres ingénieurs dans l’industrie comme ingénieur matériaux bio sourcés ou bio informaticien et des dizaines de travail dans le secteur de l’industrie chimique. Dans ce domaine de l’industrie, il est strict d’avoir le diplôme de technicien en management. L’attention est aussi une des conseils à donner aux personnes de l’industrie car le travail dans ce domaine est sacré. Chacun de ses ingénieurs de l’industrie de toutes les domaines doit bien vérifier chaque étape de sa création afin d’éviter des accidents.

La numérisation des travaux

De nos jours, la majorité des travaux sont numérisés. La plupart des industries utilisent des machines pour chaque étape d’une production ou de fabrication. Comme exemple, le pointage d’entrée et de sortie sont maintenant électronique ; avant chaque employé écrivait son pointage manuellement dans un cahier. C’est surtout employer dans des industries comme zone franche.

Des cadres commerciaux et financiers pour les entreprises

Depuis des décennies, l’homme a commencé à travailler pour pouvoir vivre. Actuellement, pour accéder à un travail, il faut avoir une certaine qualification pour pouvoir être rémunéré. Il s’agit de l’emploi. Ce dernier détermine l’exercice d’une fonction qui sera rémunéré selon ses activités moyennant par un salaire. Suivant l’évaluation du diplôme obtenu, qu’une personne peut intégrer sa place dans une entreprise, en tant que cadre ou un simple employé.

C’est quoi un cadre dans une société ?

Légalement, l’emploi d’un cadre désigne un employé d’une entreprise qui appartient à la catégorie supérieure des autres salariés. En terme de niveau, le statut de cadre est déterminé au-dessus du statut de l’employé. Ce statut en tant que cadre est régi par la convention collective des employés dont le cadre appartient à une caisse de retraite significative. Ce cadre peut être appelé communément comme un expert, un dirigeant, un professionnel ou managers. Cette appellation dépend de sa compétence technique et le milieu où il travaille. Celui-ci est le leader de l’entreprise dont il est le premier responsable auprès de sa hiérarchie concernant le résultat attendu.

Quelle est la particularité d’un cadre ?

Il a le devoir de superviser le personnel, d’évaluer les activités professionnelles de l’entreprise. Pour devenir un cadre, il faut avoir certaines qualifications et expérience professionnelle. Autrement dit, il devra avoir un haut niveau d’études et possède une certaine autonomie de prendre une décision au sein de l’entreprise. C’est la particularité de statut en tant que cadre. Avant d’obtenir un contrat, le cadre doit concourir à une période d’essai de 2 à 4 mois selon le code de travail. Être cadre peut avoir beaucoup d’avantages et présente aussi quelques inconvénients. En parlant de rémunération, le cadre a un salaire supérieur par rapport aux autres salariés de l’entreprise. Il appartient à une caisse de retraite spéciale. C’est pour cela qu’à la fin de sa carrière, un cadre touche beaucoup plus de pension de retraite. Pourtant, en tant que supérieur hiérarchique, il a multiples tâche à réaliser par rapport aux simples employés. Il est tenu responsable de ses actes si le déroulement de l’entreprise ne se passe pas bien. Ainsi, il a la responsabilité de bien mener les situations stratégiques de l’entreprise pour pouvoir assurer un taux de production plus élevé. Il soutienne et collabore avec les autres employés pour pouvoir atteindre l’objectif fixé par l’entreprise. L’horaire de travail d’un cadre n’est pas fixe, car compte tenu de ses responsabilités, le temps de travail est exceptionnellement souple. En principe, l’autonomie dans son emploi lui accorde une liberté dans ses horaires de travail. Il existe différents types de cadre au sein de l’entreprise : le cadre commercial et le cadre financier.

Que signifie un cadre commercial ?

Selon le cadre politique commercial de l’entreprise, le cadre commercial désigne le chef de produit, le chef de vente ou directeur commercial. Statistiquement, le statut de cadre commercial est un travail occupé par la majorité masculine. Selon une étude spécifique, 75% des cadres commerciaux sont des hommes. En tant que cadre, il devra avoir un diplôme de haut niveau sur le commerce, des techniques commerciales et de management associé à une grande expérience. Comme qualité requise, un cadre commercial devra avoir le sens de communication de relation client et un esprit d’initiative. Il doit posséder un caractère de leader. En tant que directeur commercial, il garantit l’augmentation du chiffre d’affaires et la marge commerciale de l’entreprise. Il devra munir un plan d’action et d’orientation pour atteindre l’objectif commercial de ladite entreprise. Le cadre commercial a pour activité spécifique sur le recrutement et la formation de l’équipe commerciale. Il doit apporter une bonne stratégie de commercialisation de produits de l’institution en suivant l’évolution du marché sur le plan commercial et aux offres de la concurrence. À part le cadre commercial, il existe aussi un cadre financier.

Quel est le trait caractéristique d’un cadre financier ?

Le cadre financier est une personnalité importante au sein d’une entreprise. Pour être cadre financier, il faut avoir un diplôme de haut niveau sur les techniques financières, c’est-à-dire un brevet supérieur en comptabilité et un diplôme d’école de commerce. Il doit obligatoirement obtenir une maîtrise en informatique. Il assure la rentabilité et la solvabilité financière de celle-ci afin d’atteindre l’objectif de la politique financière. Il a plusieurs activités principales comme : le contrôle de mouvement financier de l’établissement, l’amélioration de la bonne gestion des ressources financières, assurance de la couverture des risques menaçant l’entreprise sur le plan financier. Celui-ci a pour rôle de maintenir la stratégie de placement et d’investissement essentiels pour le déroulement de l’entreprise. Le cadre financier représente la société pour les négociations avec les investisseurs. Il a pour activité distinctive d’assurer diverses transactions auprès des institutions bancaires et administratives se référant à l’entreprise. Il devra avoir une certaine compétence et expérience professionnelle sur le développement de l’établissement afin de garantir l’équilibre sur le plan financier.

Dans la santé : des débouchés garantis et des formations courtes ou intermédiaires

Chaque branche de la santé constitue un métier noble, car quoi qu’il en soit, on parle toujours de la préservation de la vie. Les personnes qui choisissent de faire carrière dans la branche de la santé trouvent toujours des postes qui correspondent à leur demande. Mais ce type d’emploi est loin d’être le plus facile. Le moindre mécontentement du patient peut déclencher des poursuites judiciaires. Sous peine de payer des indemnisations ou d’aller en prison, les professionnels de la santé doivent être responsables et conscients avant de s’engager dans ce domaine.

Secteur paramédical

Le paramédical est une branche importante de la santé. Il existe des formations de paramédicaux de courte durée, mais qui assurent un débouché bien précis. Il existe généralement 92 types de formations réparties dans 17 secteurs. Les écoles sont responsables des stages conventionnés avec des formations de tous les niveaux, il est possible de se reconvertir. Les écoles de paramédicaux proposent des formations post-bac, jusqu’à un bac+5 (master 2). Il est également possible de faire des études en alternance dans le campus de votre choix. Les écoles de santé proposent des formations qualifiantes ou diplômantes, des préparations aux concours pour tous les secteurs de la santé, mais surtout dans le domaine paramédical. Il est possible de faire carrière dans les domaines paramédicaux en suivant des formations spécifiques et professionnelles dans l’école de votre choix, par exemple en infirmier ou en maïeutique. En France, il existe plus de 800 écoles  pour les formations de paramédical. On exige un diplôme obtenu d’une école ou à l’université pour pouvoir exercer le métier de paramédical. Il est également possible de suivre des formations à distance comme assistant dentaire, prothésiste, technicien de laboratoire et beaucoup d’autres. En termes de métier en paramédicaux, il ne faut pas négliger les matières de base comme les maths, la physique, les langues vivantes et surtout le français. Il est possible de voir l’aperçu de l’ensemble des formations dans les sites de chaque école de votre choix.

Secteur vétérinaire

La formation vétérinaire est assurée par quatre grandes écoles : l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort, le VetAgro sup Lyon, l’Ornis Nantes et l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse. Le cursus dure 5 ans, avec une formation continue. C’est une branche de la santé qui offre un emploi stable. Le débouché est donc un métier assuré car on délivre un doctorat pour les personnes qui optent pour ce type de formation. Les étudiants en médecine vétérinaire peuvent être appelés docteur à la fin de leur cursus. En général, la formation dure 7 ans avec les 2 ans en années préparatoires, à la fin les étudiants seront titulaire d’un diplôme d’état de docteur. Les années de prépas en agro-véto sont importantes pour pouvoir intégrer l’Ecole nationale de vétérinaire. Il faut remplir certaines conditions pour pouvoir entrer dans une faculté de médecine vétérinaire. Les animaux de compagnie sont les plus concernés par les vétérinaires comme les chiens et les chats. Ces animaux font parties des membres de la famille, il est donc normal que l’on y prête attention. Des formations sont possibles pour aider les vétérinaires dans leurs responsabilités, ces personnes font partie du personnel de santé. Il faut passer un concours pour pouvoir intégrer l’école vétérinaire. Les matières de base sont la biologie, la chimie et le français. Les personnes qui aident les médecins vétérinaires ne peuvent pas soigner les animaux, ce sont des personnes prévues pour l’assistance.

Secteur pharmacie

Les pharmaciens sont connus comme étant les détenteurs de drogue rare, c’est également un métier noble. Faire une formation en pharmacie assure un débouché qui est sûr sur le plan professionnel. Les pharmaciens d’officines et les pharmaciens dans l’industrie font des formations de 6 ans mais les internats et les chercheurs font des études qui durent 9 ans. La formation débute en tronc commun dans la première année commune des études de santé ou PACES. Les professions dans la pharmacie possèdent de nombreuses tâches, il existe de nombreuses petites formations qui peuvent apporter des aides dans les pharmacies. Les formations peuvent être effectuées à distance, il y a les docteurs en pharmacie mais également des agents de santé dans les pharmacies qui suivent des formations de courte durée. Il existe environs 100 formations possibles pour aider dans les officines. En pharmacie, il est important d’avoir des bases sur la nutrition, la réflexologie et l’aromathérapie. Les agents de santé sont nombreux dans le domaine de la santé, ils apportent des aides mais ne peuvent pas délivrer les médicaments.

Les écoles de santé

Pour trouver des écoles spécialisés dans le domaine de la santé, on peut rechercher sur Internet. Il existe de nombreuses écoles qui montrent leurs capacités et leurs atouts vis-à-vis de cet emploi. Que ce soit dans les domaines pharmaceutiques, vétérinaires ou paramédicaux, il suffit de taper sur Internet pour trouver l’école idéale.

Au service des familles et des personnes dépendantes : un gisement d’emplois !

L’histoire des services à la personne remonte des années 50 sous le nom « arts ménagers ». Ce type de travail permettait le soutien de la vie d’un individu ou d’une famille.   Diverses lois se sont succédé depuis 1991 pour réglementer le métier. L’appellation « services à la personne » ou SAP s’est apparue en 2005 par la loi n° 2002-841. Elle a été ensuite intégrée dans le Code du travail dans l’article D.7231-1. Les services à la personne concernent les familles et individus dépendants.

Un grand gisement d’emploi

Les recrutements qui concernent les services à la personne augmentent de jour en jour. Ce fait résulte de la classe d’âge de la population. Ainsi, le nombre des individus dépendants s’accroît continuellement. Une étude de l’Insee Occitanie démontre qu’une élévation de 60 % des seniors dépendants semblerait possible d’ici 2040. Par conséquent, les offres d’emploi sur le marché des services à la personne vont s’agrandir.

Les aides-soignants et les infirmiers paraissent les professions les plus répandues. Les « métiers du grand âge » demeurent un gisement d’emploi d’ici 2025. Les estimations remarquent qu’ils peuvent créer 18 500 postes additionnels par ans en France. Si vous cherchez un avenir sans chômage, ce secteur restera la meilleure option.

Le recrutement dans le secteur de service à la personne ne cesse d’envahir le marché du travail. Par exemple, le Pôle Emploi Figeac annonce que les 34 % d’offres d’emploi sur son territoire concernent ce secteur.

Les aides-soignants et aides ménagères s’affichent dans la liste des dix premiers métiers les plus recherchés en France. Les vingt-six métiers de services à la personne enregistrent 1,1 million d’employés. Beaucoup de secteurs recrutent des débutants à cause du grand nombre d’offres d’emploi. La rémunération semble équivalente au SMIC horaire qui vaut 10,03 € bruts.

Le métier de services à la personne transmet des recrutements en permanence. L’offre parait abondante que dans certains secteurs comme La Champenoise ou Martizay, les employeurs proposent un CDI aux débutants.

Les services à la personne

Plusieurs acteurs s’investissent sur le marché des services à la personne. Il en existe cinq catégories : employeurs particuliers, organismes spécialisés, personnes morales, entrepreneurs individuels et travailleur dissimulé. La liste des activités groupées dans les services à la personne s’avère fixée par le décret 2016-750 du 6 juin 2016.

On distingue trois groupes de services à la personne. Le premier groupe englobe ceux relevant de la déclaration : l’entretien de maison et travaux ménagers, les travaux de bricolages et de jardinage, la garde d’enfants de plus de 3 ans, les soutiens scolaires et cours, la préparation du repas, la livraison du repas, les courses et les livraisons, l’assistance aux nécessiteux, l’accompagnement temporaire, la conduite de véhicule temporaire, les soins d’esthétique, les soins et les promenades des animaux, l’assistance informatique, l’assistance administrative, la téléassistance, l’interprète en langues des signes et les coordinations et délivrances des services à la personne. Ces services demeurent tous à domicile.

Le deuxième groupe concerne la garde ou l’accompagnement des enfants dépendants de moins de 3 ans et de moins de 18 ans. Ils sont soumis à agrément en mode mandataire et prestataire.

Le troisième groupe englobe ceux qui restent soumis à agrément en mode mandataire et à autorisation en mode prestataire. On peut citer l’assistance aux personnes âgées ou handicapées, la conduite du véhicule ou l’accompagnement d’une personne qui connait des difficultés de mobilité.

Avant de passer à un engagement, veuillez vous renseigner des méthodes d’intervention de l’organisme de services à la personne.

Évolution du marché de travail

L’Agence nationale des services à la personne a communiqué en 2009 qu’environ 4 millions de foyers ont employé des agents à domicile. Les femmes atteignent les 92 % des salariés. La majorité d’entre eux (74 %) dispose d’un grade qui ne dépasse pas le diplôme d’études secondaire.

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques a mesuré le poids économique du secteur en 2011. Le bilan des services à la personne a atteint les 17, 4 milliards d’euros. En 2012, les jeunes se sont engagés progressivement dans le secteur. Leur effectif s’est élevé à 2 millions contre 600 000 en 1994. Les besoins de services à la personne généreront 660 à 825 000 postes d’ici 2030 selon le Centre d’analyse stratégique.

L’exonération de cotisations sociales sur l’emploi à domicile a été supprimée par le gouvernement en 2019. Les personnes âgées de 70 ans et plus semblent les bénéficiaires de cette réduction. Elles comptent environ 700 000.

Syndicalisme et services à la personne

Le syndicalisme au sein du secteur services à la personne demeure fragile. La solidarité entre les employés semble délicate. Le lancement d’un mouvement collectif reste difficile à ordonner, car la plupart des aides à domicile travaillent seules. En ce qui concerne les formations, le renforcement de capacité des salariés du secteur services à la personne se multiplie. De plus en plus d’institutions y investissent d’argent.

 

1 2 3 13
Search
+